En ce moment
 

Thierry Beccaro se confie avec beaucoup d'émotion sur sa vie d'enfant battu: "Un enfant, ça protège ses parents"

Thierry Beccaro se confie avec beaucoup d'émotion sur sa vie d'enfant battu:
©Facebook Brut.

Thierry Beccaro s'est récemment confié sur les violences qu'il a subies dans son enfance. L'animateur télé, qui a récemment annoncé qu'il ne présenterait plus la mythique émission Motus, a écrit un livre, dans lequel il raconte qu'il a été maltraité par son père alcoolique. Il est par ailleurs ambassadeur pour l'Unicef.


Des "rafales de coups", sans raison

Dans une interview donnée au média Brut, il raconte que son père avait l'alcool "triste et agressif" et qu'un soir sur deux ou trois, il subissait une "rafale de coups", sans raison. "La fessée est insupportable, la raclée, on est encore dans un domaine supérieur, c'est-à-dire, là où vous êtes recroquevillé dans l'escalier, votre dos, il est marbré, et votre petite sœur, elle assiste à ça". Explique-t-il, notant que la maltraitance est autant physique que psychologique. "J'allais me coucher, et après mon père venait me voir et me disait qu'il m'aimait".


"Un enfant, ça protège ses enfants, même s'il est battu"

Pourquoi n'en a-t-il pas parlé? "Tout simplement, parce qu'un enfant, ça aime ses parents, ça protège ses parents. Même s'il est battu. Parce que sa construction s'est de se dire que peut être, il a fait une bêtise, et que quelque part, il l'a mérité. Un enfant battu, il ne revient pas forcément à l'école le lendemain avec un œil au beurre noir, non. Un enfant battu, il prend des coups dans les côtes".


"Je suis né à 17 ans"

Son livre s'intitule "Je suis né à 17 ans", car cette année-là, il s'est produit un grave événement après lequel son père lui a trouvé une place à la Maison de la Radio, où il a commencé sa carrière dans l'audiovisuel. "Mon père était aussi un mec formidable", explique-t-il également dans son récit.

Un poste Facebook a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.

Vos commentaires