En ce moment
 

Vitaa, Amel Bent et Camélia Jordana révèlent comment elles font face aux "haters" et à la violence verbale

Vitaa, Amel Bent et Camélia Jordana révèlent comment elles font face aux
©Instagram Vitaa
 
 

À l'occasion de la sortie de leur reprise de "Marine", titre de Diam's, Vitaa, Amel Bent et Camélia Jordana étaient les invitées de Yann Barthès dans Quotidien le lundi 5 avril.

Cette reprise fait beaucoup parler d'elle, tout comme la chanson en question, qui s'adresse à Marine Le Pen et fustige les idées du Rassemblement National. Du coup, le sujet peut être polémique et leur reprise a déjà amené quelques réactions virulentes sur les réseaux sociaux. Elles ont confié à Yann Barthès comment elles géraient ces situations parfois tendues.

Amel Bent, elle, a fait référence aux attaques verbales dont elle fait déjà l'objet en tant que coach de The Voice : "Moi c'est tous les samedis soirs dans le fauteuil rouge", a-t-elle lancé. Camélia Jordana a quant à elle expliqué que ses prises de position ces derniers mois, notamment face aux violences policières, avaient également donné lieu à des agressions sur les réseaux sociaux. "Moi, c'est depuis un an que je reçois des menaces de mort. Je ne suis plus à ça près", a-t-elle expliqué.

Quant à Vitaa, elle avait été relativement épargnée jusqu'à présent, mais suite à cette reprise de la chanson de Diam's, elle a été pour la première fois confrontée à des critiques virulentes, notamment venant de partisans du Rassemblement National : "C'était un peu mon baptême", a lancé la chanteuse.

Face à ces insultes et menaces, les 3 femmes font en sorte de ne pas prendre les choses personnellement. "On lit les tweets ensemble et on rit ensemble. Il y en a qui sont trop drôles", explique Camélia Jordana.

En effet, comme elles travaillent sur ce projet de reprise depuis de longs mois, elles passent beaucoup de temps ensemble. Et lorsqu'elles sont séparées, elles communiquent via les réseaux : "Parfois, il y en a qu'on s'envoie entre nous tellement il y en a des trop drôles", ajoute Camélia Jordana. Le rire comme arme contre la violence…




 

Vos commentaires