En ce moment
 

Affaire Epstein: le département de la justice américaine veut FORCER le prince Andrew à témoigner

Affaire Epstein: le département de la justice américaine veut FORCER le prince Andrew à témoigner
(c)BELGA
 
 

Témoin clé dans l'affaire du pédophile milliardaire Jeffrey Epstein, le prince Andrew sera peut-être forcé à collaborer avec les autorités américaines. Elles ont formellement demandé, ce dimanche soir, que le prince Andrew soit interrogé dans le cadre de l'enquête de cette sombre affaire.

Dans un revirement de situation inattendu, les procureurs américains auraient exigé que le Royaume-Uni remette le prince Andrew à la justice pour faire face à des questions sur ses liens avec le défunt pédophile Jeffrey Epstein.

Le ministère de la Justice a contourné le palais de Buckingham en déposant une demande «d'entraide judiciaire» (MLA) auprès du ministère britannique de l'Intérieur pour forcer le prince en disgrâce à témoigner, selon le journal du Sun.

Le MLA permet la coopération entre les États-Unis et le Royaume-Uni lorsque des preuves doivent être recueillies dans le cadre d'une poursuite ou d'une enquête judiciaire relative à des infractions pénales.

S'il est approuvé par le gouvernement britannique, le FBI pourrait demander au duc d'York, 60 ans, d'être contraint de témoigner sous serment s'il refusait de coopérer.

Des responsables américains ont précédemment affirmé que le prince Andrew avait refusé de coopérer à leurs demandes d'être interrogé dans cette affaire et contribuer ainsi à une vaste enquête sur un réseau de trafic sexuel. "Soumettre une telle requête est un geste audacieux de la part des autorités américaines qui veulent le forcer à répondre aux questions", estime le Daily Mail.

Selon le Daily Mail, "l'équipe de conseillers juridiques du prince veut publier un compte-rendu détaillé des relations du prince avec le milliardaire Jeffrey Epstein, dans l'espoir que cela suffirait à l'enquête, le tout dans la plus grande confidentialité."

Le second fils de la reine Elizabeth II avait déclaré en novembre "continuer de regretter sans équivoque (son) association mal-avisée avec Jeffrey Epstein" et "compatir profondément avec toutes les personnes affectées" par l'affaire. Il se disait "bien sûr" prêt à coopérer à l'enquête.

Lors de cette interview télévisée, le duc d'York, 59 ans, s'était contenté de contester les accusations d'une femme recrutée par Epstein qui affirme avoir été forcée d'avoir des relations sexuelles avec lui alors qu'elle était mineure.




 

Vos commentaires