En ce moment
 

Harry et Meghan s'unissaient il y a 3 ans: du mariage de conte de fées aux querelles familiales et règlements de compte

Harry et Meghan s'unissaient il y a 3 ans: du mariage de conte de fées aux querelles familiales et règlements de compte
(c)ISOPIX
 
Prince Harry, Harry et Meghan
 

C'était il y a 3 ans jours pour jours, le prince Harry, fils cadet du prince Charles et de la princesse Diana, épousait Meghan Markle, une jeune femme divorcée, ancienne actrice américaine, promettant qu'une bouffée d'air frais allait souffler sur la monarchie britannique. Le couple acclamé par une foule unissait sa destinée lors d'une cérémonie glamour en présence de nombreuses stars d'Hollywood le 19 mai 2018 dans la chapelle Saint George de Windsor, alors que dans l'intimité, les préparatifs de ce mariage avaient donné lieu à de nombreuses tensions, prémices d'une tornade sans précédente qui allait révolutionner la monarchie britannique.

Qui aurait cru à ce moment-là que les années qui allaient suivre marqueraient l'exil du chouchou de la Cour d'Angleterre aux Etats-Unis et sa retraite de la famille royale pour embrasser une nouvelle vie dans un manoir situé dans l'enclave des stars de Montecito à Santa Barbara. Propulsant l'ancien militaire dans une impopularité soudaine.

Alors que le prince Harry attend la naissance de son deuxième enfant, une fille prévue pour l'été deux ans après l'arrivée d'un garçon prénommé Archie, il a désormais deux boulots de représentation dans des start-ups générant des milliards de dollars et a décroché des contrats juteux avec Apple TV, Netflix et Spotify.

Son épouse, quant à elle, après avoir été au centre d'une interview vérité avec l'animatrice de télévision Oprah Winfrey, dans laquelle elle expliquait que sa belle-soeur, la duchesse de Cambridge l'avait fait pleurer quelques jours avant le mariage royal et au cours de laquelle elle affirmait qu'un membre de la famille de son époux avait tenu des propos racistes à l'encontre de son fils à naître, préparerait de son côté une carrière politique à Washington et ambitionnerait de devenir un jour la première femme président des Etats-Unis.

Boudés par la presse britannique avec laquelle ils livrent une guerre depuis des années, cet événement n'est pas honoré ce mercredi dans les pages des tabloïds.


 

 

 




 

Vos commentaires