En ce moment
 

La Cour d'Angleterre tremble: de mystérieuses transactions financières destinées au prince Andrew au coeur d'un nouveau scandale

La Cour d'Angleterre tremble: de mystérieuses transactions financières destinées au prince Andrew au coeur d'un nouveau scandale
(c)BELGA
 
 

Le prince Andrew fait la une de tous les journaux britanniques ce mercredi matin. Alors qu'il semble vivre une vie de jet-setteur milliardaire, photographié régulièrement en vacances dans des stations balnéaires de luxe, sur des yachts, ou dans des stations de ski exclusives, son train de vie pose questions alors que certaines transactions bancaires mystérieuses ont été révélées au grand jour. 

Le seul revenu publiquement connu du deuxième fils de la Reine d'Angleterre est l'allocation annuelle que sa mère lui accorde: 249 000 £ pour financer son bureau de Buckingham Palace tout en assumant des fonctions royales. Cette allocation est payée par la reine à partir de revenus privés qu'elle a reçus du domaine du duché de Lancaster. En plus de cette allocation, Andrew aurait également une petite pension de son service effectué dans la marine, la Royal Navy, un emploi qu'il a quitté en 2001.

Forcé de se retirer de la vie publique en novembre 2019 à cause de son amitié avec le milliardaire pédophile Jeffrey Epstein, Andrew vit désormais reclus avec son ex épouse, Sarah Ferguson, dans une demeure royale.

Selon plusieurs journaux, une demandes d'enquête a été faite sur les relations du duc d'York avec le magnat de l'immobilier David Rowland et la Banque Havilland ont été demandées.

En 2017, la banque Havilland a accordé un prêt inhabituel de 1,5 million de livres sterling à Andrew, en partie parce qu'il ouvrait "un potentiel commercial supplémentaire avec la famille royale", ont déclaré des initiés au service d'information financière Bloomberg.

Mais 11 jours plus tard, le magnat immobilier David Rowland a viré le même montant sur le compte du duc auprès de la banque. Graham Smith du groupe anti-monarchie Republic a déclaré : "Andrew a reçu de l'argent avec l'espoir clair qu'il ferait du lobbying en leur nom tout en représentant la Grande-Bretagne. Il doit faire l'objet d'une enquête."


 




 

Vos commentaires