En ce moment
 

La Reine ordonne aux aides du Palais de corriger toutes les déclarations faites par les Sussex qui dénatureraient la vérité

La Reine ordonne aux aides du Palais de corriger toutes mes déclarations faites par les Sussex qui dénatureraient la vérité
(c)ISOPIX
 
Meghan & Harry
 

La Reine ne gardera plus le silence lorsque le duc et la duchesse de Sussex permettront à des "fausses vérités" sur la famille royale de circuler dans le domaine public, révèle exclusivement ce dimanche le journal britannique The Mail on Sunday.  Sa Majesté a donné le mot d'ordre aux aides du palais de corriger toute déclaration qui dénature ses conversations privées ou celles d'autres membres de la famille royale s'écartant radicalement de sa politique de longue date "Never complain, never explain", (soit en français "Ne jamais se plaindre, ne jamais expliquer").

Cette décision extraordinaire démontre l'exaspération de la Reine face aux informations incessantes des Sussex transmises aux médias et fait suite au différend sur le choix du nom de Harry et Meghan pour leur nouvelle fille.

La querelle a commencé lorsque des journalistes basés aux États-Unis, ont rapporté que le couple avait "demandé la permission'' de nommer leur fille Lilibet, un surnom d'enfance profondément personnel de la reine qui a été utilisé par des parents très proches, dont son défunt mari, le prince Philip.

Mais un initié royal a décrit la conversation entre Harry et sa grand-mère comme "un récit, pas une demande" – confirmant un rapport de la BBC la semaine dernière qui indiquait que les Sussex n'avaient pas demandé à la Reine si elle avait une objection à leur choix de nom. Harry et Meghan ont réagi avec fureur, demandant à leurs avocats de contester l'histoire de la BBC, qu'ils ont qualifiée de "fausse et diffamatoire".

Des sources affirment désormais que la réponse plus vigoureuse de la Reine au tsunami des points de presse des alliés des Sussex ira au-delà de l'histoire de Lilibet.

"Il s'agit de savoir si ce qui est rapporté est une version exacte de ce qui s'est réellement passé", a déclaré l'initié.

La monarque, âgée de 95 ans, a mis de côté la controverse hier alors qu'elle souriait et qu'elle tapait même du pied au son de la musique pendant Trooping the Colour, son défilé annuel d'anniversaire.

Après avoir organisé une réception au sommet du G7 vendredi – où elle a diverti les dirigeants mondiaux en coupant un gâteau avec une épée et leur demandant avec humour s'ils étaient censés "avoir l'air de s'amuser" quand une photo de groupe était prise accueille aujourd'hui le président américain Joe Biden et sa première dame, Jill, au château de Windsor.

 




 

Vos commentaires