En ce moment
 

La vraie raison qui a poussé Cressida Bonas à quitter le prince Harry

La vraie raison qui a poussé Cressida Bonas à quitter le prince Harry
(c)ISOPIX
 
 

C'est une ligne écrite dans les indiscrétions du tabloïd britannique du Daily Mail qui a retenu l'attention de notre rédaction ce lundi. Guy Pelly, l'un des amis de toujours, des fils du prince Charles a eu le privilège de rendre visite au prince Harry et à son épouse Meghan Markle dans leur imposant manoir de Santa Barbara en Californie.

L'ancien jet-setteur britannique s'est rendu dans la vallée de Santa Ynez accompagné de son épouse, Lizzie, l'héritière des hôtels Holiday Inn et de leur fille âgée de 3 ans. "Harry était ravi de revoir un ami", écrit le Daily Mail.

Il faut dire que les deux hommes ont toujours été proches. Diana était une amie très proche de la mère de Guy Pelly, Lady Carolyn Herbert. Les deux garçons ont partagé de nombreux jeux d'enfance. A l'adolescence, Guy était de toutes les sorties de William et Harry dans les boîtes de nuit. Guy Pelly a l'honneur d'être le parrain du 3ème enfant de William et Kate. 

Le mariage de Guy Pelly à Elizabeth Wilson a donné lieu à un week-end de festivités en 2014 dans l'état du Tennessee aux Etats-Unis, mais il a aussi conduit à la séparation du prince Harry et de sa petite amie de l'époque Cressida Bonas.

"Harry aurait hésité à payer le billet d'avion de Cressie pour assister à la fête de trois jours qui avait lieu à Memphis. Cressida s'attendait à ce qu'Harry paie parce qu'elle n'avait pas d'argent et estimait que comme Guy était son ami, pas le sien, la demande semblait assez raisonnable. Harry refusa, ils ont eu une grosse dispute et ils se sont séparés", relate le journal.

Dans le livre "Finding Freedom", co-écrit par Carolyn Durand et Omid Scobie, qui a été rédigé pour donner la version des Sussex à leur départ de la famille royale, l'ouvrage révèle que la seule petite-amie du prince Harry avec laquelle il a vraiment eu envie de se marier avant Meghan Markle était la Zimbabwéenne Chelsy Davy. 




 

Vos commentaires