En ce moment
 

Jérémy, candidat emblématique de L'Amour est dans le pré, est décédé

  • Jérémy veut prendre le temps pour que cela "marche"

  • Jérémy cherche quelqu’un pour l’aider à aménager sa maison

  • Les prétendantes arrivent chez Jérémy

 

Nous avons appris ce matin la mort du jeune homme de seulement 31 ans.

Deux proches de Jérémy nous ont appris la triste nouvelle ce lundi matin: l'agriculteur de Mévergnies-lez-Lens, situé à Brugelette dans le Hainaut, a mis fin à ses jours, dans sa ferme.  

"C'est avec tristesse que j'annonce le décès de mon grand copain Jérémy de L'Amour est dans le pré", nous a écrit Ophélie via le bouton orange Alertez-nous. En effet, le jeune homme est apparu dans la huitième saison de l'émission diffusée sur RTL-TVI. Les téléspectateurs avaient suivi ce candidat timide et attachant durant plusieurs semaines à l'automne dernier.

"RIP à Jérémy Mainil, ce serait bien de lui rendre hommage", nous a également écrit Flavie, de Ath. Elle nous a expliqué que tout le monde aimait beaucoup le fermier dans la région.  

Le commissaire Hars de la zone de police Sylle et Dendre nous confirme la triste nouvelle.


Un candidat emblématique et attachant

Jérémy avait marqué les esprits de nombreux téléspectateurs la saison dernière dans L'Amour est dans le pré. À 30 ans, il était un jeune homme accompli professionnellement. Il avait repris la ferme de ses grands-parents où il a passé une bonne partie de son enfance. C'est là que son grand-père est décédé il y a quelques jours seulement. Un décès qui, avait forcément bouleversé le jeune fermier. 

"Mes grands-parents  n'ont pas eu de chance: ils n'ont eu qu'une fille unique. Et malheureusement, elle décédée il y a déjà 20 ans d'ici", expliquait-il à Sandrine Dans lorsqu'elle dressait le portrait des agriculteurs de cette saison.

Jérémy vivait donc avec sa sœur et son père, mais c'est "en grande partie" par ses grands-parents, qui habitaient à deux pas de, qu'il a été élevé. Alors pour lui, le métier d'agriculteur était "une destinée", selon ses mots. 

Vos commentaires