En ce moment
 

Quand Jacques Chirac prenait du bon temps sur la banquette arrière: "La nana avait le chemisier déboutonné"

Quand Jacques Chirac prenait du bon temps sur la banquette arrière:
© Belga

"Les filles, ça galopait" : s'il a formé avec son épouse Bernadette un couple politique indestructible pendant plus d'un demi-siècle, Jacques Chirac, séducteur invétéré, n'a jamais caché son amour des femmes, son côté "coureur de jupons".

On le savait séducteur. Jacques Chirac a toujours été décrit comme le président qui aimait les femmes. Ses conquêtes féminines furent nombreuses si l'on en croit les confidences de ses proches collaborateurs. Récemment, c'est son ancien chauffeur qui se confie dans un livre intitulé En route avec le patron. André Demullet revient sur son expérience de chauffeur et se souvient de quelques moments qui l'ont marqué à jamais. 

"Une fois je conduisais le patron avec une nana sur la banquette arrière (...) Elle avait le chemisier déboutonné, et de fines gambettes gainées de bas nylon. C'était une femme politique connue, aux mains plutôt baladeuses mais pas que... (...) Il se passait donc des choses marrantes sur la banquette arrière. On peut dire que je me suis bien rincé l'œil. Les gardes du corps (...) étaient fous de jalousie. Ils enviaient ma place. Vu qu'ils étaient installés à la place du mort, ils ne pouvaient rien voir", raconte-t-il. 

Il aimait les femmes, mais pas au sens sexuel

Dans les colonnes de Closer, André Demullet (surnommé Max en référence au film Mad Max) avait affirmé: "Quand l'patron fricotait avec une femme, il y allait une fois, jamais deux ! Et jamais, au grand jamais, il ne les laissait tomber ! Alors certes, il aimait les femmes, mais pas au sens sexuel. Il les aimait pour leur beauté, leur intelligence... C'était un gentleman ! Je ne l'ai jamais vu en colère. Et pourtant, ce ne sont pas les occasions qui manquaient". 

Journalistes, comédiennes, militantes... Jacques Chirac n'affichait pas publiquement ses conquêtes, qu'il recevait souvent dans une garçonnière parisienne selon l'un de ses proches collaborateurs. 

Vos commentaires