En ce moment
 

Victoire pour la belge Capucine à La France a un incroyable talent: "J'ai su que j'étais ventriloque en me brossant les dents"

 
Le Cas Pucine
 

Capucine est une jeune ventriloque. Mardi soir, elle a remporté la finale de La France a un incroyable talent face au jeune Valentin. C’est la suite d’une belle histoire pour la jeune artiste et sa marionnette, Eliot, que nous avons contacté quelques heures après la victoire.

Nous appelons Capucine mercredi midi. La jeune fille a remporté la finale La France a un incroyable talent il y a quelques heures seulement, et déjà elle enchaîne interviews et coups de téléphone. Heureusement pour elle, après notre appel, elle pourra souffler un peu. Depuis hier soir, Capucine est victorieuse. Mais ce n’est pas une nouvelle page toute blanche. Depuis plusieurs années déjà, la ventriloque travaille avec Eliot, la grenouille, sous le nom de scène de "Le Cas Pucine". "A 14 ans, j’ai découvert par hasard que je pouvais être ventriloque en me brossant les dents. Quelques années plus tard, j’ai fait des vidéos sur internet qui ont pris très fort, très vite."

Ses nombreux abonnés l’ont poussé vers la porte de M6, ainsi que la production qui l’appelle depuis trois ans. "J’osais pas y aller, j’avais peur d’être dénaturée. J’ai bien fait de me laisser convaincre par les gens." Entre temps, Capucine a mis sur pause ses études à l’Institut supérieur des arts à Bruxelles. Le tourbillon d’Incroyable talent la propulse depuis plusieurs semaines déjà sur des scènes à travers la Belgique et la France.

Mais l’humour n’est pas le seul atout du duo. "J’essaie de travailler aussi sur la tendresse, sur des sujets un peu délicats ou tabous, explique Capucine. Je trouve que la marionnette est une arme de malade pour aborder des sujets difficiles. Ce n’est pas moralisateur et on n’en veut jamais à une marionnette."

J'ai conscience des réalités

Et même si la jeune artiste est sur un petit nuage, elle ne perd pas de vue les réalités du métier. Avec un chèque de 100 000 euros, "ce n’est pas pour m’acheter des chaussures", explique-t-elle. Capucine compte sur cet argent pour développer son projet artistique. "Mes deux parents sont intermittents du spectacle. C’est un milieu où l’argent ne coule pas à flots et je sais très bien ce que représentent 100 000 euros pour monter un spectacle et s’entourer d’une équipe."

Et la suite alors? "M’enfermer et écrire!" Eliot et sa maîtresse prépareront un spectacle à la hauteur des attentes de ses fans. Capucine continuera peut-être les scènes d’humour à Bruxelles et en Wallonie grâce au collectif What The Fun, histoire aussi de tester de nouvelles choses avec sa grenouille.

L’interview est donc terminée. Capucine va peut-être enfin avoir le temps de manger et de fermer les yeux quelques instants pour savourer sa victoire.

 




 

Vos commentaires