Le Belge Jérémy veut réaliser une sauce… bleue: "Ça n’existe pas en cuisine, il est barré!" (vidéo)

Pour la deuxième épreuve du second épisode de "Top Chef" 2018, les candidats devaient réaliser la fin de leur recette devant le chef Jean-François Piège et et donc faire un show culinaire. Le Belge Jérémy a voulu se démarquer en proposant une sauce… bleue.

Le "Belge risque-tout", comme le nomme Philippe Etchebest, son chef de brigade, a travaillé le magret de canard avec du chou en garniture, un beurre d’orange et des bâtonnets de betteraves Chioggia. Son idée pour faire le show ? Proposer une sauce bleue.

"Je vais travailler sur le pH du chou rouge. Je vais mélanger mon bouillon de canard avec mon jus de chou rouge et normalement, il va devenir bleu", explique-t-il à Philippe Etchebest, qui n’en revient pas. "Il veut servir un truc bleu à Jean-François Piège, rigole-t-il. Le bleu dans la cuisine, ça n’existe pas. Il est barré", confie le chef, qui imagine Jean-François Piège devenir Schtroumpf.


"Ce n'est pas gagné"

Le chef émet tout de même quelques craintes. "J’attends de voir comment il va s’y prendre. S’il réussit à faire changer de couleur son jus devant Jean-François, c’est sûr que le spectacle est assuré. Mais ce n’est pas gagné. Il a intérêt à faire des essais avant."

"C’est Top Chef, il faut oser et prendre des risques, affirme Jérémy. Si j’arrive à faire un jus bleu aujourd’hui, c’est montrer à Jean-François Piège que je connais mon métier, je connais les éléments de la cuisine." "Je ne suis pas rassuré du tout. Si ça rate, c’est la grosse merde", ajoute-t-il. Jérémy teste donc sa recette… et ça fonctionne, sa sauce devient bleue, sous les yeux ébahis de son chef. "Il a réussi ce con, il m’a fait un jus bleu. C’est normal, il est dans la brigade des bleus, logique."


"Je suis dégoûté"

Mais il faut désormais renouveler l’exploit devant Jean-François Piège et Jérémy commence à stresser. "J’ai les pépettes !" Et là… c’est le drame. La sauce ne devient pas bleue cette fois. Tout le monde est déçu, Jérémy d’abord, mais aussi son chef de brigade Philippe Etchebest. "Je ne sais pas ce qui a merdé. Je suis dégoûté, je suis écœuré", explique Jérémy.

Vos commentaires