En ce moment
 

Julien Bert, candidat de télé-réalité condamné dans une affaire de drogue, clame son innocence: "J'ai été victime de ma naïveté" (vidéo)

Julien Bert, candidat de télé-réalité condamné dans une affaire de drogue, clame son innocence:
©Plug RTL

Julien Bert est suivi par plus d'un million de personnes sur Instagram. Repéré à l'élection du concours Mister France, il a d'abord intégré le casting de l'émission "L"île des vérités" en 2013 sur la chaîne NRJ12, avant de participer aux Anges de la télé-réalité. S'enchaînent alors d'autres émissions: la villa des coeurs brisés, les Marseillais... 

Mais en 2015, le jeune homme est accusé d'avoir transporté des valises remplies de drogue à l'aéroport de Punta Cana, en République dominicaine, un an plus tôt, en 2014. Julien Bert, aujourd'hui âgé de 27 ans, a été condamné par la justice, le 7 mai dernier, à deux ans de prison avec sursis, ainsi qu'à une amende de 20.000 euros. Il a fait appel: "Je suis innocent. J'ai envie de faire appel, c'est mon droit", a-t-il expliqué sur le plateau de TPMP. 


Un voyage à Punta Cana

Il a livré sa version. "J'ai rencontré des gens sur Paris. Je venais de ma petite banlieue de Saint-Etienne, tout était beau, tout était rose dans le monde de la nuit", explique-t-il. A l'époque, une personne qu'il dit avoir croisé une dizaine de fois en boîte de nuit lui propose un voyage. "On m'a proposé un voyage à Punta Cana avec un pote à moi, tu feras de la pub de l'hôtel là-bas, tu verras, tu vas kiffer, amuse-toi".

Il explique alors qu'il part sur place, avec son meilleur ami. Le séjour se passe bien, puis il constate "de plus en plus de trucs louches": "Arrivés sur place, on a donné notre passeport à un mec qui s'occupait de nous organiser des activités. Mais il ne voulait pas trop qu'on sorte de l'hôtel, il ne voulait pas trop qu'on aille en boîte de nuit", raconte-t-il.


"On a compris où on a mis les pieds"

Au moment de partir vers l'aéroport, le jeune homme, alors âgé de 22 ans, se voit expliquer qu'il ne doit pas rentrer avec ses propres bagages, mais avec d'autres valises. "On commence à se regarder avec mon pote, le ton change, c'est une menace en fait. Je lui dis, hors de question, je ne ramènerai pas de valises. Il ne m'a pas dit de mot, mais j'ai très bien compris ce qu'il y allait avoir dans cette valise. Là, on a compris où on a mis les pieds". Il raconte en être venu au mains avec l'homme pour qu'il lui rende son passeport. 


"J'ai été victime de ma naïveté"

Julien confie, au bord des larmes, que cette affaire a fait beaucoup de mal à sa famille, notamment à sa grand-mère. "Ça lui a fait terriblement mal. On voulait la préserver de tout ça et le journal de ma région m'a mis en première page en disant, deux ans de prison ferme, c'est tout. Ma grand-mère s'est effondrée, m'a appelée en larmes". Il explique qu'il attendait le procès pour "tourner la page", pensant avoir une relaxe. "Je ne sais pas pourquoi la juge n'a pas été dans ce sens là. Je fais appel car je ne mérite pas cette sanction. J'ai été victime de ma naïveté, de ma crédulité"

Vos commentaires