En ce moment
 

Quand Laeticia Hallyday demandait l'impensable à l'Elysée pour les funérailles de Johnny: "Elle a décidé de tout"

Quand Laeticia Hallyday demandait l'impensable à l'Elysée pour les funérailles de Johnny:
© TPMP - Plug RTL
Johnny Hallyday, TPMP

Nous vous en parlions il y a quelques jours. Dans le livre qu'il vient de publier, Alexandre Benalla, ancien adjoint au chef de cabinet d'Emmanuel Macron, révélait certaines indiscrétions de cabinet au moment des obsèques de Johnny Hallyday. Il avait assuré que lors des funérailles du Taulier, Laeticia Hallyday aurait demandé à l'Elysée d'assumer la plupart des factures. 

Ce vendredi 15 novembre, les chroniqueurs de TPMP sont revenus sur ces révélations. Après s'être entretenu avec Alexandre Benalla, Pierre-Emmanuel Metz, journaliste spécialisé dans les médias, a apporté quelques précisions. 

L'Elysée n'a pas cédé

"J'ai eu Alexandre Benalla au téléphone il y a quelques jours et il m'a bien confirmé que les factures qui regroupaient notamment les fleurs, le poster géant et le cercueil ont bien été envoyée à l'Elysée. L'Elysée dans un premier temps a refusé de payer ses factures. C'est là que Sébastien Farran, ancien agent de Johnny, aurait prévenu la presse dans le but que l'Elysée paie ses factures. Mais l'Elysée n'a pas cédé", a-t-il affirmé. 

La France avait rendu un "hommage populaire" d'envergure exceptionnelle au rockeur. Mais selon Bernard Montiel, ce n'était encore pas assez pour Laeticia Hallyday. "Elle souhaitait que la patrouille de France survole au-dessus du cortège. Il a été demandé beaucoup de choses et c'est pour ça que David et Laura n'étaient pas d'accord pour autant de 'cirque'. Ils ont estimé que c'était un cirque indécent. C'est Laeticia la veuve et c'est elle qui a décidé de tout ce qui est arrivé: des 7 limousines, les fleurs, le poster", a lâché Bernard Montiel.

Au final, la facture assumée par le clan Hallyday s'est élevée à 495.000 euros. La facture de l'Elysée a atteint 1.400.000 euros. Cela concernait le dispositif de sécurité, précise le journaliste Pierre-Emmanuel Metz.

 

 

Vos commentaires