En ce moment
 

Une candidate de télé-réalité violée devant les caméras: elle a été forcée de regarder les images dans le confessionnal

Carlota Prado, une candidate d’une émission de télé-réalité espagnole, a révélé avoir été violée durant le tournage du programme.

La jeune femme a participé à Gran Hermano, l’équivalent de Big Brother ou du Loft en Espagne en 2017. Elle a révélé avoir été abusée un soir où elle avait trop bu. La production a expulsé du jeu le jeune homme impliqué et convoqué la candidate dans le "confessionnal". Carlota raconte avoir été forcée à regarder en entier la vidéo de l’agression. Ces images du confessionnal ont à présent été diffusées par le site El Confidencial. On y voit la jeune femme éclater en sanglots et supplier pour sortir de la pièce.

Dans Touche pas à mon poste, Cyril Hanouna et ses chroniqueurs ont condamné de manière unanime l’attitude de la production de l’émission.
"C’est abject, la télé-réalité ne permet pas de faire tout pour faire de l’audience. C’est odieux, on voit bien que cette jeune femme est dans une détresse absolue. Et à quoi ils pensent ? A faire une séquence de télévision, c’est dégueulasse", a réagi Valérie Benaïm.

"C’est la logique de la télé-réalité, il faut toujours aller un peu plus loin. Donc, on risque hélas d’assister à des trucs vraiment dégueulasses, il n’y aura plus de limites du tout", a déploré Éric Naulleau.

Après les événements traumatisants, Carlota Prado a été transférée dans un hôtel de Madrid sans son téléphone portable et a vu un psychologue. Elle aurait choisi de retourner dans le jeu. Elle a confié que rester dans la télé-réalité était plus facile pour elle à l’époque, que d’affronter la vraie réalité. La jeune femme a décidé de porter plainte, tout comme la chaîne Telecinco qui diffuse Gran Hermano.

Vos commentaires