Accueil Sport

Ce Français réalise un ultra triathlon dans des conditions polaires (vidéo)

Le Français Ludovic Chorgnon a signé l'ultra triathlon le plus froid jamais réalisé sans assistance, après 20 heures d'effort à nager dans une eau presque gelée, à pédaler sur des pistes enneigées puis à courir un marathon dans la nuit noire.

Au nord-ouest de la capitale de la Laponie finlandaise Rovaniemi, Chorgnon a pris le départ vendredi à 6h04 pour boucler son périple à 2h50 samedi (heures locales), soit 20 heures 45 minutes au total, a indiqué à l'AFP Sandrine Crosnier, juge à la fédération internationale de triathlon et missionnée sur place par le Guinness World Records pour l'homologation de la performance.

Dans le lac Vikajarvi, dans une piscine de 25 m spécialement creusée pour l'occasion, Chorgnon, intégralement couvert par une combinaison de 5 millimètres a enchaîné 152 longueurs (3,8 km), soit 1 heure 29 minutes à nager, avant de passer 11 heures 35 minutes à vélo (180 km) puis de mettre 6 heures 26 minutes pour la course à pied (42,2 km).

"L'eau qui glace sur toi"

"Le plus dur a été la natation, physiquement et émotionnellement. Au moment où tu rentres dans une piscine dans un lac gelé, que le froid t'envahit, tu sais que c'est dangereux, c'est une sacrée charge ! T'as beau te préparer, quand t'es dedans c'est super dur, tu sens ton coeur ralentir, les membres s'engourdir, faut pas paniquer", raconte à l'AFP Chorgnon, qui a souffert aussi sur le vélo.

"C'est là où j'ai le plus peiné. En vélo t'as peur de te vautrer, j'étais à plus de 40 km/h sur certaines descentes, tu serres les fesses ! J'ai sous-estimé les montées et les descentes", poursuit le coureur de l'extrême, suivi par un médecin tout au long du défi. Le sportif de 50 ans, qui avait déjà accompli un record en enchaînant 41 ultra triathlons en 41 jours en 2015, a observé des phases de transition durant le record, et connu deux "coups de pompe", dont le premier quand il est passé du vélo à la course à pied.

"Malgré l'expérience, je me suis fait avoir et j'ai transpiré. Et en une minute tout bascule, l'eau qui glace sur toi, tu claques des dents", se souvient-il. Installé à La Réunion depuis l'été dernier, il s'était notamment préparé en courant dans un congélateur de supermarché à moins 23 degrés. "C'était une merveilleuse expérience de vie, je vais l'emmener avec moi jusqu'au bout, je sais ce que je suis capable de ressortir comme ressources quoi qu'il m'arrive" conclut le triathlète qui a d'autres records dans son viseur.

À la une

Sélectionné pour vous