En ce moment
 

"Le cauchemar refait surface": la presse italienne accuse le coup après le renvoi de la Squadra Azzura en barrages

"Le cauchemar refait surface": la presse italienne accuse le coup après le renvoi de la Squadra Azzura en barrages
 
 

La Suisse s'est qualifiée en beauté pour le prochain Mondial, au Qatar, en battant la Bulgarie 4-0 lundi à Lucerne, alors que l'Italie, championne d'Europe, n'a pas réussi à gagner en Irlande du Nord (0-0) et jouera les barrages.

Le match nul des Italiens contre la Suisse à Rome (1-1) obligeait la "Squadra Azzura" à gagner à Belfast face à des Nord-Irlandais très solides en défense (aucun but encaissé à domicile pendant ces éliminatoires).  Les hommes de Roberto Mancini n'ont pas réussi, ils ont douté et même déjoué, tétanisés par l'enjeu, quatre ans après un barrage dramatique pour le Mondial-2018, perdu contre la Suède.

> QUALIFICATION MONDIAL 2022: RESULTATS ET CLASSEMENTS

Après le match, le quotidien sportif italien la Gazzetta dello Sport titrait: "Quel cauchemar ! (mais ce n'est pas fini)". La crainte de revivre le scénario de 2018 où les Italiens avaient été éliminés par la Suède est bien présente. "Malédiction encore les playoffs. Le fantôme dont l'on croyait s'être définitivement débarrassé, le cauchemar suédois, se matérialise à nouveau sur la route du Qatar."

"Suspendus à un fil", a titré de son côté le Corriere dello Sport. "La forteresse d'Irlande du Nord a tenu tandis que la Squadra ne s'est créée que trop peu d'occasions."

Dans son édition en ligne, La Stampa a écrit "L'Italie déçoit à Belfast et se retrouve contrainte aux barrages : le cauchemar de l'élimination refait surface". "La Squadra de Mancini a été méconnaissable à Windsor Park et la victoire de la Suisse contre la Bulgarie lui a été fatale."

La Gazzetta dello Sport a également ajouté que si la méfiance est de mise, la qualification n'est pas inaccessible. 

"L'Italie sera tête de série, mais si elle veut aller à la Coupe du monde, elle va devoir remporter sa double confrontation en mars. Et le risque serait d'affronter le Portugal ou la Suède, qui nous a éliminés en 2017."


 

Vos commentaires