Accueil Sport Football Coupe du Monde

Le Sénégal passe par toutes les émotions et se qualifie pour la première fois en 8es de finale depuis 20 ans

Le Sénégal, généreux mais parfois brouillon, a enregistré mardi contre l'Equateur sa 2e victoire (2-1) dans le groupe A du Mondial-2022, se qualifiant ainsi pour les huitièmes de finale devant des Sud-Américains longtemps attentistes.

Comme un hommage, ce 2e ticket de l'histoire du Sénégal en match à élimination directe, est composté deux ans jour pour jour après le décès de Pape Bouba Diop, héros de la Coupe du monde 2002 que les Lions avaient achevée en quart de finale.

Battus en ouverture par les Pays-Bas, leurs lointains héritiers n'en sont pas encore là mais avec six points en poule, ils améliorent d'une unité leur meilleur temps de passage. Même privés de Sadio Mané, leur meilleur joueur blessé au Qatar.

Un soulagement qu'ils doivent en grande partie à leur capitaine Koulibaly, auteur de son 1er but international pour remettre le Sénégal devant (70) alors que l'Equateur, enfin sorti de sa réserve venait d'égaliser par Caicedo (67).

Auparavant, Sarr avait permis à un champion d'Afrique encore imprécis offensivement d'ouvrir le score en provoquant puis transformant un penalty (44). Seul bémol à cette issue festive, les Lions devront faire sans Gueye, encore averti et suspendu au prochain match.

A contrario, cette fin en eau de boudin peut donner des regrets à des Equatoriens moins joueurs, qui, après avoir fait jeu égal avec les Oranje, ont cette fois donné l'impression de penser avant tout à défendre le point du nul qui leur suffisait pour se qualifier.

Nerveux, mais manifestement rétabli après s'être blessé à un genou contre les Pays-Bas, leur attaquant vedette Valencia n'a ainsi jamais pu se mettre en situation d'inscrire son 4e but dans ce Mondial. Alors qu'il pouvait devenir le premier joueur dans l'histoire du Mondial à inscrire sept buts d'affilée pour sa sélection, il voit donc sa série s'arrêter là.

Tout comme l'aventure de cet Equateur trop gestionnaire mardi, qui termine la compétition avec quatre points.

A l'inverse, le Sénégal, à une longueur des Pays-Bas, poursuit lui sa route, montrant même la voie aux autres pays africains présents au Qatar.

À la une

Sélectionné pour vous