En ce moment
 

Diables Rouges - Inquiétude à 4 jours du match contre la Russie: les cas de Covid-19 grimpent à Saint-Pétersbourg

Inquiétude à 4 jours du match des Diables Rouges: les cas de Covid-19 grimpent en Russie
© belgaimage
 
 

Les contaminations au Covid-19 s'intensifient à Saint-Pétersbourg à quelques jours de l'accueil de matchs de l'Euro 2020 et de l'entrée en lice des Diables Rouges, qui y débuteront leur tournoi samedi face à la Russie. Les autorités locales assurent qu'il s'agit d'un phénomène "cyclique" tout en mettant des lits supplémentaires à disposition.

"Les cas de Covid grimpent ces derniers temps", a confirmé mardi le Comité de la Santé de la deuxième ville de Russie.

Alors qu'elles tournaient autour de 700 cas quotidiens il y a un mois, les contaminations dépassent facilement les 800 cas chaque jour ces deux dernières semaines, selon les chiffres officiels, avec un pic à 861 cas dimanche.

"Le bilan de la semaine dernière montre qu'on a enregistré une hausse des cas", a reconnu lundi Alexandre Beglov, le gouverneur de Saint-Pétersbourg, sur les ondes de la radio Rossia.

"C'est lié au caractère cyclique de l'activité du virus", a-t-il ensuite soutenu, ajoutant que son équipe prenait "toutes les mesures nécessaires".

Les autorités locales ont annoncé mardi la transformation d'un hôpital de 876 lits pour anciens combattants en établissement dédié aux malades de Covid. Il doit ouvrir ses portes en fin de semaine.

Fin mai, un hôpital temporaire semblable avait déjà été rouvert à Saint-Pétersbourg, trois mois après sa fermeture en février.

L'ancienne capitale impériale accueillera six matchs de poules à partir du 12 juin et un quart de finale le 2 juillet dans son stade principal. Outre le duel contre les Russes, la Belgique affrontera aussi la Finlande le 21 juin à Saint-Pétersbourg.

En termes de contaminations, Saint-Pétersbourg est l'agglomération la plus touchée en Russie après la capitale Moscou.

Contrairement à la plupart des pays européens, le Kremlin n'a pas instauré de nouveau confinement après la première vague de la pandémie, pour préserver une économie fragilisée.

Les autorités misent aussi sur la campagne de vaccination même si celle-ci reste laborieuse face à la méfiance de la population, alors que la Russie est l'un des pays les plus touchés par l'épidémie.

Selon l'agence des statistiques Rosstat, environ 250.000 morts étaient liées au Covid-19 à fin mars, soit plus du double du bilan reconnu à ce jour par le gouvernement russe dans sa comptabilité quotidienne.




 

Vos commentaires