En ce moment
 

Édito: l'ère Martinez est-elle à bout de souffle ?

Édito: l'ère Martinez est-elle à bout de souffle ?
 
 

5 ans et 2 mois après son intronisation à la tête de l’équipe nationale, Roberto Martinez semble de moins en moins faire l’unanimité auprès du grand public. Pire, alors qu’il avait réussi à fédérer à ses débuts, il semble désormais rencontrer pas mal de difficultés pour imposer sa griffe et faire déjouer ses adversaires

66 matchs, 50 victoires, 9 partages, 7 défaites. La lecture de ce bilan est remarquable. Le hic, c’est l’incapacité des Diables à briller en grand tournoi et principalement face aux cadors européens. Après une Coupe du Monde 2018 très réussie (une 3ème place synonyme de meilleur résultat de l’histoire du football belge), la Belgique n’est pas parvenue à confirmer.

Elle a même pris l’eau face à la Suisse 5-2 lors de la première édition de la Ligue des Nations et elle a dû renoncer à disputer le Final Four. L’Euro 2020 n’a pas non plus été grandiose pour les hommes de Roberto Martinez puisqu’ils ont subi la loi de l’Italie en ¼ de finale. La Ligue des Nations a corroboré cette impuissance, les Diables se sont qualifiés pour le Final Four mais se sont inclinés face à la France puis contre l’Italie pour s’emparer de la 4ème place.

C’est d’ailleurs la première fois sous l’ère Martinez que les Diables enchaînent 2 revers consécutifs depuis 2016.

Les jeunes ont encore difficilement voix au chapitre

Jan Vertonghen et Toby Alderweireld ont livré une longue et belle carrière internationale mais ils semblent accuser le poids des années. Ils ont été mis en difficulté contre l’Italie à l’Euro mais aussi face à la France en demi-finale de la Ligue des Nations. Roberto Martinez continue cependant de leur faire confiance au détriment de jeunes défenseurs qui commencent à évoluer dans des grands championnats (Vanheusden, Theate et Bornauw). 

Une défense à 3 qui ne fait plus l’unanimité

C’est le 7 octobre 2016 à l’occasion de son 3ème match sur le banc des Diables que Roberto Martinez a innové en évoluant avec 3 défenseurs centraux. A l’époque, Jordan Lukaku s’est blessé en cours de match et c’est Laurent Ciman qui l’a remplacé avec succès face à la Bosnie. 5 ans plus tard, le tacticien espagnol n’a quasiment jamais touché à son système malgré les quelques déconvenues de ces derniers mois.

Parmi les 8 défenseurs centraux qui reçoivent les faveurs de Roberto Martinez, il n’y a que la moitié des joueurs qui évolue dans un système similaire. Il s’agit de Theate, Boyata, Vanheusden et Vertonghen. Bornauw, Alderweireld, Vermaelen et Denayer, quant à eux, évoluent dans une défense à 4 depuis le début de saison. La Belgique a d’ailleurs encaissé 5 buts lors de ces 2 rencontres de Ligue des Nations.

Des coups tactiques qui ne portent plus leurs fruits

Lors de son arrivée, il n’était pas rare que Roberto Martinez réussisse à surprendre ses adversaires grâce à ces choix. C’est arrivé face au Japon lors de la Coupe du Monde 2018 (Marouane Fellaini et Nacer Chadli ont fait la différence peu après leur entrée au jeu) ou encore contre le Brésil lorsqu’il a aligné Kevin De Bruyne en faux 9 ce qui impliqua un repositionnement de Romelu Lukaku sur le côté droit.

Depuis lors, il accumule les échecs et n’arrive pas à trouver les solutions lorsque les Diables pataugent. Ce fut le cas face à l’équipe de France en 2018, en République Tchèque en mars, contre l’Italie à l’Euro (Nacer Chadli s’est blessé une minute après sa montée au jeu et le changement de Christian Benteke n’a pu s’effectuer, l’arbitre ayant sifflé le coup de sifflet final au préalable) et de nouveau face à la France jeudi dernier : Michy Batshuayi est monté au jeu à 2 minutes de la fin des hostilités. Son banc ne parvient plus à tirer son épingle du jeu.

Une hiérarchie privilégiée par rapport à la forme du moment

Charles De Ketelaere et Arthur Theate sont en pleine bourre dans leur club depuis le début de la saison. Roberto Martinez en a tenu compte et les a repris pour ce rassemblement. Il n’a cependant pas voulu les aligner d’entrée de jeu préférant ses cadres (Batshuayi, Vertonghen ou encore Alderweireld).

De Ketelaere a réussi à marquer lors du peu de temps de jeu dont il a bénéficié mais le joueur de Bologne n’a pas reçu l’occasion de s’illustrer. Y arrivera-t-il lors des prochains mois ? Cela semble très peu probable tant le tacticien catalan s’appuie prioritairement sur Alderweireld, Vermaelen, Vertonghen, Denayer, Boyata et Vermaelen.


 




 

Vos commentaires