En ce moment
 

Le duo Thorgan Hazard - Yannick Carrasco a bien marché, où placer Eden Hazard? "Ca va être difficile pour lui de revenir... non je rigole"

 
 

Thorgan Hazard, 28 ans et 35 sélections, s'est érigé depuis longtemps comme l'un des joueurs les plus polyvalents de l'équipe nationale. Capable d'évoluer sur les flancs ou en soutien d'attaque, il désire surtout jouer. "Ma meilleure place ? Celle que l'entraîneur me trouve sur le terrain", a-t-il lancé en rigolant avant de nuancer sa réponse.

En conférence de presse ce mardi, le joueur des Diables Rouges Thorgan Hazard a connu une saison paradoxale en club: beaucoup de blessures mais un trophée (la Coupe d'Allemagne): "Le point positif d'être dans l'ombre d'Eden c'est qu'on parle moins de ma saison. Mais c'est la première année où j'ai eu quelques pépins musculaires et je ne savais pas comment revenir dans le coup. J'ai appris pas mal de choses sur mon corps cette saison. C'était compliqué sur le plan personnel mais paradoxalement par rapport au collectif, c'est la meilleure saison de ma carrière en gagnant cette Coupe d'Allemagne, premier trophée collectif pour moi. C'est bien également que j'arrive frais pour rejoindre l'équipe nationale".

Sa polyvalence est l'un de ses atouts dans cette équipe nationale. Mais à quelle place préfère-t-il évoluer chez les Diables? La meilleure place pour moi c'est celle que le coach me trouve sur le terrain. Il sait que je peux jouer à plusieurs positions mais ici la concurrence est très grande. Il y a moins de place devant pour moi mais je peux jouer à gauche, à droite, et aussi en 10 ou en attaque. Ma position préférée reste en faux numéro 9 mais ici c'est compliqué".

Le joueur de Dortmund est revenu sur la bonne relation qu'il entretient sur le côté gauche du terrain avec Yannick Carrasco. Mais si Eden Hazard est "fit" et prêt à jouer, où le place-t-on? "Ca va être difficile pour lui de revenir, non je rigole", a-t-il d'abord confié. "Je pense que quand Eden reviendra, cela fonctionnera bien quoi qu'il arrive. Parce que Eden et Yannick ensemble, ça fonctionne bien. Yannick et moi aussi. Et si je suis associé à Eden, ça fonctionnera bien également. Ce sera au coach de trancher".

"Peu importe qui joue, tous les joueurs sont contents", a-t-il ajouté. "Tout le monde veut être titulaire mais on sait que onze joueurs ne permettent pas d'aller loin dans le tournoi. La concurrence est là et est bénéfique. On a pas mal de joueurs à chaque poste qui peuvent jouer et répondre présent. C'est l'idée de l'équipe. Si tu joues pas, tu es déçu mais tu dois répondre présent si on t'appelle. Je ne me dis pas que je suis un titulaire indiscutable et je ne pense pas qu'Eden se dise qu'il est un remplaçant. J'espère qu'il montera en puissance tout au long du tournoi parce qu'on en aura besoin. On est beaucoup en concurrence pour jouer à gauche. Nacer a prouvé dans le passer qu'il répondait présent quand on comptait sur lui. Il est très polyvalent comme moi, même si je pense qu'il est plus physique que moi de par sa corpulence. Je suis peut-être un petit peu plus offensif que lui mais encore une fois c'est au coach de voir".

"Tout le monde a l'ambition d'être titulaire mais l'ambiance est bonne malgré tout. L'expérience des précédents tournois fait qu'on est conscient que chacun est important et peut être amené à jouer même s'il n'est pas titulaire en début de tournoi. On sait aussi que des blessures peuvent arriver...", a-t-il conclu.

Thorgan Hazard fait partie de la talentueuse génération 1993 avec Romelu Lukaku, Yannick Carrasco et Michy Batshuayi. "Nous avons joué ensemble dans les différentes catégories d'âge. Nous sommes fiers de faire partie de cette génération dorée et on espère vraiment remporter quelque chose".

À l'instar de cette cuvée 93, l'ensemble du groupe belge paraît soudé. "Il y a un grand esprit de famille. Qu'importe ceux qui jouent, tout le monde est content, même si chacun veut jouer. Nous savons que nous allons avoir besoin de tout le monde, nous l'avons déjà vu par le passé. Si certains sont blessés, d'autres répondent présents", a ajouté Thorgan Hazard.

C'est d'ailleurs comme en famille que les Diables Rouges séjournent à Tubize, au centre national du football. "On apprécie davantage ce style de vie que celui d'un camp de base à l'étranger. Nous jouons à beaucoup de jeux et on peut faire du tennis, du beach soccer, ... On a tout ce qu'il faut, les infrastructures sont exceptionnelles, nous n'avons aucune excuse", a dit Hazard, regrettant malgré tout de ne pas pouvoir jouer devant le public belge.

Samedi, les Diables Rouges débuteront leur tournoi contre la Russie à Saint-Pétersbourg, dans un stade qu'ils connaissent bien. Ils y ont perdu la demi-finale de la Coupe du monde avant de remporter le match pour la 3e place. Plus récemment, la phalange de Roberto Martinez y est retournée lors des qualifications pour l'Euro, un match où Thorgan Hazard avait marqué. "C'est un stade magnifique. L'ambiance sera particulière pour notre premier match, devant des supporters. Il faudra être prêts, ne pas être surpris".




 

Vos commentaires