Le rythme du championnat anglais est-il trop soutenu? Le préparateur physique des Diables Rouges se montre inquiet (vidéo)

Le rythme du championnat anglais est-il trop soutenu? Le préparateur physique des Diables Rouges se montre inquiet

L'entraîneur de Manchester City n'est pas le seul à le penser et les blessures successives des Diables Rouges interpellent. En l'espace de quelques jours seulement, Kevin De Bruyne, Romelu Lukaku et Vincent Kompany se sont blessés.

"Tout le monde a vu ces dernières semaines le nombre de joueurs blessés. On va les tuer!", a déclaré Pep Guardiola. L’entraîneur de Manchester City critique le calendrier du football anglais pendant les fêtes. Dix matchs en un mois, soit plus de deux par semaine. Un rythme intensif qui inquiète aussi le préparateur des Diables Rouges.

"Les gens doivent réaliser que le football est un sport physique très exigeant. C’est un sport de contact et les contacts peuvent conduire à des blessures", explique Lieven Maesschalck. "La récupération peut devenir difficile. Je suis sur la même longueur d’onde que Guardiola. Je le comprends."

Car ces dernières semaines, plusieurs Diables Rouges (Romelu Lukaku, Vincent Kompany et Kevin De Bruyne), qui évoluent en Angleterre, ont quitté le terrain sur des blessures. Finalement plus spectaculaire que grave mais à moins de six mois de la Coupe du Monde, les absences longues durées sont plus que jamais redoutées.

"Il y a 100 fois plus de risques de blessure en étant fatigué. Des cors fatigués, cela veut dire des ligaments et des muscles fatigués. On risque alors des déchirures musculaires ou des ruptures de ligaments, et on arrive dans des blessures très graves", déclare le kiné Thibaud Geerinckx.

Comme celle de Nacer Chadli, autre victime de ce rythme effréné en Angleterre. Le joueur de West Bromwich souffre d’une déchirure qui l’écarte des terrains pour deux mois.

"Finalement, le mois de juin est encore loin. Le délai est suffisant pour remettre sur pied des athlètes de haut niveau. C’est à nous de les mettre en forme", ajoute Lieven Maesschalck. La Coupe du Monde est encore loin mais d’ici là, il peut encore se passer beaucoup de choses dont des blessures dans un championnat anglais où certaines équipes jouent près de 80 rencontres sur une saison.

Vos commentaires