En ce moment
 

Romelu Lukaku ne craint pas la concurrence chez les Diables Rouges: "Batshuayi est en pleine confiance ? Moi aussi !"

Romelu Lukaku ne craint pas la concurrence chez les Diables Rouges:

Romelu Lukaku n'a pas peur. Si Michy Batshuayi a démarré pied au plancher à Dortmund, Romelu ne croit pas à un changement dans la hiérarchie des attaquants pour la Coupe du Monde. Du moins, c'est ce que l'attaquant de Manchester United espère.

Avec Romelu Lukaku et Michy Batshuayi, les Diables Rouges tiennent deux attaquants de qualité, mais aux profils bien différents. Le premier cité est un joueur physique, très bon dans la finition mais techniquement irrégulier. L'autre est un joueur plus technique, moins physique mais tout aussi fort dans la finition. Les deux seront sans aucun doute présents dans le groupe belge pour la Coupe du Monde. Mais lequel sera dans le onze?

Pour Romelu Lukaku, la concurrence en attaque est une bonne chose. Il voit d'ailleurs d'un bon oeil la progression de Batshuayi depuis son arrivée à Dortmund, mais il ne se voit pas écarter du onze de base. "Au plus il y a de concurrence, au mieux tu prestes", explique Lukaku à VTM. "Qu'est-ce qu'un joueur sans concurrence ? La concurrence fait partie du jeu, mais dans ma tête, je ne vois aucun concurrent. J'ai confiance en mes qualités. Je pense toujours: "Je suis le meilleur et je vais jouer". Batshuayi est en pleine confiance ? Moi aussi !".

Toujours attentif à la situation du Sporting d'Anderlecht, Romelu Lukaku a aussi profité de l'occasion pour donner son avis sur l'arrivée de Marc Coucke à la tête du club. Selon lui, il n'y a rien à craindre. "Quand tu vois ce qu'il a fait avec Ostende...  Il veut toujours être le meilleur.  Tout comme Anderlecht !  Il voit aussi le potentiel des jeunes joueurs qu'il pourra revendre avec bénéfice par la suite.  Je pense vraiment que tout va bien se passer avec lui".

Quoi qu'il en soit, avec deux armes offensives de ce niveau, la Belgique a de quoi faire trembler quelques défenses. A confirmer au mois de juin. 

Vos commentaires