En ce moment
 

Thierry Henry, adjoint chez les Diables Rouges, ne dirait "pas non à Arsenal"

Thierry Henry, adjoint chez les Diables Rouges, ne dirait

L'ancienne star d'Arsenal Thierry Henry, actuel adjoint de Roberto Martinez chez les Diables Rouges, ne "reculerait pas devant le défi" de prendre les rênes des Gunners si le poste de l'entraîneur Arsène Wenger se libérait. L'ex-international français a toutefois préféré laisser à son compatriote la chance de dire son "dernier mot" avec son club à la peine.

"Je suis un compétiteur, et en tant que compétiteur, tu ne recules pas devant un défi", a lancé le joueur de 40 ans, interrogé sur Sky Sports sur la possibilité de remplacer Wenger, en place depuis 1996. "Nous parlons de quelque chose d'hypothétique -avant que tout le monde se mette à imaginer quoi que ce soit-, (mais) je n'ai jamais reculé devant un défi depuis que je suis jeune", a ajouté Henry.

"Si vous aimez un endroit et qu'ils (les dirigeants) demandent -je répète, si eux demandent- de l'aide, vous allez toujours dire oui", a poursuivi Henry. Mais l'attaquant ayant évolué à Arsenal entre 1999 et 2007 a d'abord voulu soutenir son ancien coach. "Nous nous demandons: doit-il partir? Je ne pourrai jamais dire cela. Je ne me mouille pas, mais je ne pourrai jamais dire ça. J'ai combattu avec cet homme, c'est pour cela que je ne pourrai jamais le dire", a lancé le Français. "Ce que je ne veux pas voir, c'est ce qui lui arrive en ce moment, et je voudrais qu'il ait le dernier mot, quel que soit le mot dont il s'agira."

Les spéculations sur le départ de Wenger d'Arsenal se sont intensifiées après la quatrième défaite consécutive toutes compétitions confondues subie par les Gunners, 2-1 à Brighton dimanche.

Après une longue carrière remplie de succès, le natif des Ulis a embrassé une carrière d'entraîneur. D'abord en poste dans les équipes de jeunes à Arsenal, Henry a été nommé adjoint de Roberto Martinez chez les Diables Rouges le 26 août 2016.

Vos commentaires