En ce moment
 

L'Allemagne valide son ticket pour les huitièmes de finale malgré un partage contre la Hongrie

L'Allemagne valide son ticket pour les huitièmes de finale malgré un partage contre la Hongrie
 
 

> Suivez l’évolution du score en direct

Les compositions

Allemagne: Neuer, Rüdiger, Ginter, Hummels, Kimmich, Havertz, Kroos, Gnabry, Sané, Gosens, Gündogan

Hongrie: Gulacsi, Szalai, Fiola, Orban, Nego, Nagy, Szalai, Schäfer, Kleinheisier, Sallai, Botka

Avant match

Le match Allemagne-Hongrie pourrait être le dernier pour Joachim Löw sur le banc de la Mannschaft. Le sélectionneur de 61 ans, dont 15 passés sur le banc allemand, est au bord du précipice pour son dernier tournoi: une défaite contre la sélection magyare l'entraînerait dans une possible élimination désastreuse.

Certes, les champions du monde 2014 disposent d'une équipe bien supérieure à la Hongrie, collectivement et individuellement. Mais cette dernière a tenu tête pendant 84 minutes au Portugal avant de s'effondrer 3-0 au premier match, avant d'accrocher la France au second.

A Munich, les Allemands risquent en outre de jouer sans leur animateur d'attaque Thomas Müller, touché à un genou. Ils devront également dépasser le lourd contexte extra-sportif qui pollue l'avant-match.

Depuis que l'UEFA a interdit à la ville bavaroise, qui souhaitait protester contre une loi jugée discriminatoire récemment votée en Hongrie, d'illuminer son stade aux couleurs arc-en-ciel de la communauté LGBT, l'Euro vit désormais au rythme du "Rainbow-gate" (rainbow pour arc-en-ciel en anglais) qui continue de susciter des réactions au plus haut niveau politique mercredi.

C'est une "honte", a estimé la Commission européenne, "l'UEFA envoie le mauvais signal", a renchéri le chef de la diplomatie allemande, Heiko Maas, tandis que la présidence française "regrette profondément" le veto de l'UEFA.

L'instance européene a elle défendu sa décision: "l'arc-en-ciel n'est pas un symbole politique, mais le signe de notre ferme engagement pour une société plus diverse et inclusive", a insisté l'UEFA, tout en parant son logo des couleurs de la communauté LGBT.

La querelle ne se limite pas au terrain diplomatique. L'arrivée par milliers à Munich des ultra hongrois de la "Brigade des Carpates" fait craindre le pire, tandis qu'en Hongrie, plusieurs clubs ont annoncé qu'ils allaient illuminer leur stade aux couleurs du drapeau national.


 




 

Vos commentaires