En ce moment
 

Euro 2020: l'Espagne a "l'une des meilleures défenses", estime Luis Enrique

Enrique confiant avant d'affronter la Suisse: "On est une des meilleures défenses de l'Euro"
 
 

L'Espagne reste "l'une des meilleures défenses de l'Euro" même après avoir encaissé trois buts cotre la Croatie, a affirmé le sélectionneur Luis Enrique vendredi en conférence de presse, et devra se méfier vendredi en quarts de la Suisse, "l'un des meilleurs blocs" de l'"Euro".

Voici les principaux points des conférences de presse d'avant-match de la Suisse et de l'Espagne :

La Suisse, "l'un des meilleurs blocs"

Luis Enrique (sélectionneur de l'Espagne) : "Les deux sélections, on se connaît très bien, on a joué l'un contre l'autre en Ligue des nations récemment (en octobre et novembre 2020, ndlr). A Madrid, on avait été supérieurs à eux, même si ça ne s'était pas reflété sur le score final (1-0). Les deux matches ont été très compliqués, ils ont une attitude de toujours vouloir aller de l'avant, te créer des problèmes, te presser... Mais on avait été très supérieurs à eux sur les deux matches. La Suisse est un adversaire compliqué, c'est l'un des meilleurs blocs de cet Euro. La manière dont ils attaquent, dont ils pressent... Ca va être très compliqué".

L'Espagne, "l'une des meilleures"

Luis Enrique : "On est sans le moindre doute l'une des meilleures sélections de cet Euro en défense. Si l'on regarde les stats, les attitudes... Je suis très content de la manière dont on a géré les dix dernières minutes (contre la Croatie) en défense. Ce qui ne m'a pas plu, c'est ce qu'on a fait avec le ballon dans ces dix dernières minutes (quand l'Espagne a encaissé deux buts). Mais on va le corriger." Lorsqu'un journaliste lui demande s'il a vu une meilleure équipe que vous dans cet Euro, la réponse du sélectionneur est limpide: "Non".

"Physiquement au top"

Luis Enrique : "Non, [la chaleur et la fatigue] ne vont pas conditionner notre effort. Nos préparateurs physiques font du très bon travail. Les chiffres des balises GPS des joueurs durant les entraînements sont impressionnants. Et ils répètent ces mêmes chiffres entraînements après entraînement. Si l'équipe va subir un passage de moins bien, ce sera plus mental que physique. Physiquement, on est au top".

Rassuré de ne pas jouer la France ?

Aymeric Laporte (défenseur de l'Espagne): "Peut-être que oui, peut-être que non, je ne sais pas, je n'ai pas vécu le moment donc je suis concentré sur le match prochain, et ce sera contre la Suisse. Tous les matches sont importants, on est conscients de cela, on a beaucoup travaillé pour arriver ici, et on doit aborder tous les matches comme des finales, désormais. On sait qu'on n'a pas le droit à l'erreur, car la moindre erreur serait synonyme d'un retour à la maison".

"Oublier la France"

Vladimir Petkovic (sélectionneur de la Suisse) : "Les joueurs doivent oublier le match contre la France. On va garder ces émotions en mémoire, mais aujourd'hui (jeudi), on a fait une analyse vidéo, on a discuté de notre prochain adversaire, maintenant on va s'entraîner, on va évaluer notre condition physique, trois jours après le dernier match..."

Xherdan Shaqiri (milieu de terrain de la Suisse): "On a prouvé plusieurs fois que l'on ne fait pas que défendre. Contre la France, on a marqué trois buts face à un adversaire très fort. Donc contre l'Espagne, on va essayer d'imposer notre jeu. L'entraîneur nous prépare bien, et après, ce sera à nous de donner 100% de ce qu'on a sur le terrain. Et si on peut donner 120%, on le fera. Tout est possible, on l'a vu contre la France".

Xhaka, suspendu

Petkovic: "On est une équipe. S'il manque quelqu'un, même un joueur du calibre de Granit (Xhaka), qui est un joueur important, ça ne change rien. Je vais demander 10% d'efforts en plus aux autres joueurs contre cet adversaire. On est optimistes, on a foi en notre projet. Granit s'assoira sur le banc, avec les remplaçants. Il aura un rôle, comme tous les joueurs. Un rôle différent, mais il en aura un. Il ne peut pas être là demain (vendredi), mais on a de bons joueurs dans notre équipe. On ne va pas beaucoup changer notre schéma, j'ai une idée de ce que l'on va faire mais on doit d'abord le tester à l'entraînement. On doit bien le réfléchir, et essayer de bien le communiquer à l'équipe. On a beaucoup d'options, beaucoup de leaders dans l'équipe, et on va le prouver sur le terrain".


 

Vos commentaires