En ce moment
 

La Finlande, adversaire des Diables: un petit poucet qui dépend d’un seul joueur star

La Finlande, adversaire des Diables: un petit poucet qui dépend d’un seul joueur star
 
 

À l'image de sa star Teemu Pukki, à l'éclosion tardive, la Finlande a dû patienter très longtemps pour disputer le premier Euro de son histoire. Un Graal atteint grâce à l'efficacité en qualifications de son attaquant vedette, auteur de 10 buts.

Au pays du hockey sur glace et du rallye, l'équipe nationale de football a attendu 81 ans avant de décrocher son billet pour un tournoi majeur. Depuis 1938 et leurs premières éliminatoires de Coupe de monde, les "Hiboux Grands-Ducs" (Huuhkajat), surnom de la sélection, avaient toujours raté la cible. Mais le 15 novembre 2019, Pukki et les siens ont enfin réussi, là où même la génération dorée de Jari Litmanen et Sami Hyypiä avait failli.

Deuxième de son groupe derrière l'Italie, la Finlande doit en grande partie sa qualification historique à Pukki, 31 ans. L'attaquant de Norwich City a inscrit 10 des 16 buts finlandais lors de cette campagne. Avec 30 réalisations, il n'est qu'à deux longueurs de la légende Litmanen, meilleur buteur en sélection.

"Bien sûr, Pukki joue un rôle énorme dans notre équipe", a déclaré récemment le sélectionneur Markku Kanerva, ajoutant que l'équipe avait "attendu des décennies" pour se qualifier.

Une carrière qui a décollé sur le tard

Si le trentenaire Pukki fait les beaux jours de son équipe nationale, ses débuts en club ont été plus difficiles.

Parti à 18 ans pour le Séville FC, il vit mal ce dépaysement en Espagne et ne joue qu'un seul match avec l'équipe première. Il retourne au pays, au HJK Helsinki. Il tape dans l'oeil de Schalke 04 en août 2011 lors d'un tour préliminaire de Ligue Europa. Le club allemand l'enrôle dans la foulée, mais le Finlandais ne parvient pas à s'imposer, barré par le duo Raul-Huntelaar. Son exil suivant en Ecosse, au Celtic, est un nouvel échec. C'est finalement au Danemark que Pukki rebondit avec Brondby. Entre 2014 et 2018, il inscrit 70 buts avec le club de la banlieue de Copenhague. En 2018, il rejoint Norwich City, pensionnaire de Championship (2e division anglaise). Avec 29 buts et une promotion en Premier League, le talent de Pukki explose au grand jour, à 28 ans. Si le club n'est pas parvenu à se maintenir la saison suivante, il a ensuite réussi à retrouver l'élite dès cette année, grâce notamment aux 26 buts du Finlandais.

Pukki est devenu l'emblème du club où une chanson lui est dédiée: "Teemu Pukki Baby", sur l'air d'un tube de The Human League. Le joueur a aussi une bière artisanale à son effigie, qu'on trouve jusque dans les supermarchés finlandais.

Héros à Norwich, Pukki l'est aussi dans son pays de 5,5 millions d'habitants depuis la qualification pour l'Euro, fêtée lors de "Pukki Parties".

Un bon gardien et des jeunes talentueux

Si Pukki sera la star des "Hiboux" à l'Euro, avec le gardien Lukas Hradecky, son sélectionneur Kanerva rappelle qu'il aura "besoin des autres joueurs pour l'aider à marquer des buts".

L'attaquant pourra s'appuyer sur des éléments comme le milieu des Rangers Glen Kamara, l'avant-centre de l'Union Berlin Joel Pohjanpalo et les nouveaux talents comme Marcus Forss et Onni Valakari. Les deux joueurs de 21 ans ont marqué lors de la victoire surprise en novembre en amical 2-0 face aux champions du monde français, diminués par des absences.

Inspirés par l'Islande

La Finlande, 54e au classement Fifa, affrontera le Danemark, la Russie et enfin les Diables Rouges dans le groupe B à l'Euro.

"Nous sommes les outsiders, mais je pense que nous aimons l'être, cela nous motive pour montrer que nous pouvons vraiment rivaliser à ce niveau", a déclaré récemment Pukki, qui revient d'une blessure à une cheville, survenue début mai.

L'équipe cherchera à s'inspirer de l'Islande, quart de finaliste de l'Euro-2016. Kanerva a d'ailleurs confié qu'il avait récemment invité le sélectionneur islandais de l'époque, Lars Lagerback, à partager avec son équipe les secrets du "miracle islandais".

Comme les Islandais, tombeurs des Anglais en 2016, les Finlandais rêvent de nous battre le 21 juin. Comme lors de ce match de qualification à l'Euro en 2007 entre les deux équipes, où un hibou avait interrompu la partie en se posant sur les buts, avant de porter chance aux Finlandais (2-0) et de leur donner leur fameux surnom...




 

Vos commentaires