Adrien Trebel: "Si Anderlecht me demande de partir, je partirai"

Adrien Trebel:
© belgaimage
 
 

Le médian anderlechtois Adrien Trebel a livré une interview à la DH. Il revient sur ses derniers mois difficiles entre blessures et rumeurs de départ.

Libéré de ses soucis physiques, Adrien Trebel semble avoir retrouvé son meilleur niveau. C'est Anderlecht et Vincent Kompany qui se frottent les mains. Le Français a d'ailleurs profité d'un entretien avec la DH pour écarter tous les doutes qui subsistent sur la relation qu'il a avec son entraîneur: "Chacun peut avoir son opinion mais il y a zéro souci entre Vincent et moi. On discute, on est parfois pas d'accord mais il y a une très bonne relation. En début de saison, il m'a expliqué clairement ce qu'il attendait de moi et je m'y tiens. J'ai beaucoup joué en début de saison avant ma blessure...".

Il estime que l'ancien joueur de Manchester City deviendra un grand coach. "Il faut lui laisser le temps. C'est un jeune coach qui apprend un nouveau métier. Si vous donnez un papier qui dit que Vincent fera aussi bien comme coach que comme joueur, je le signe à deux mains. Vincent passe des heures et des heures au club. Je suis le premier joueur à arriver et un des derniers à repartir. Mais il y a toujours sa voiture sur le parking".

Au niveau personnel, ces derniers mois ont été difficiles. Souvent, à chaque mercato pourrait-on dire, il a été poussé vers la sortie. En cause, son salaire trop important (3 millions bruts par an, ndlr) pour les finances mauves dans le... rouge depuis le rachat par Marc Coucke. "Si le club me demande de partir, je partirai. Je n'ai pas de souci avec ça. Je suis père de famille et je ne suis pas là pour faire de problèmes. Si c'est pour le bien-être du club, je m'en irai. Une baisse de salaire? Personne ne m'a parlé de ça. On m'a juste demandé de donner la meilleure version de moi-même".

C'est-à-dire, "apporter mon expérience et mon côté roublard" à cette jeune équipe d'Anderlecht, comme il le dit si bien.




 

Vos commentaires