En ce moment
 

Anderlecht: avec l'arrivée de Wouter Vandenhaute, y a-t-il un risque de conflit d'intérêts?

  • De gros changements dans le management du RSC Anderlecht

  • Serge Vermeiren analyse la situation délicate du RSC Anderlecht

 

Alors qu'il est devenu ce mardi conseiller externe de Karel Van Eetvelt, le nouveau CEO du Sporting d'Anderlecht, Wouter Vandenhaute risque-t-il, à cause de sa participation dans une société de management de sportifs, de faire face à un conflit d'intérêts?

Le Sporting d'Anderlecht a annoncé mardi une réorganisation complète de son organigramme.

Vous l'avez lu, Karel Van Eetvelt, ancien patron de Febelfin, a été nommé nouveau CEO du club par le conseil d'administration du RSCA. Et Wouter Vandenhaute sera son conseiller externe.

C'est ce dernier cité qui nous intéresse. Car, celui qui a racheté Flanders Classics (les grandes classiques cyclistes flamandes) il y a dix ans est également propriétaire depuis mai 2018 de "Let's Play", une société de management sportif composée de Peter Smeets (ancien associé de l'agent de joueurs Christophe Henrotay) et de Bob Claes (ancien directeur commercial et directeur général du Standard).

"Pour moi, il n'y a pas de problème"

Son nouveau rôle chez les Mauves va-t-il donner lieu à un conflit d'intérêts avec sa société de gestion qui regroupe au vingtaine de joueurs dont le Diable Rouge Youri Tielemans (Leicester City), Vadis Odjidja-Ofoe (La Gantoise), Benito Raman (Schalke 04), Wout Faes (KV Ostende) mais aussi Franck Boeckx, le gardien réserve du Sporting?

"Pour moi, il n'y a pas de problème", a expliqué Vandenhaute à Sporza. "Dans 'Let's Play', je suis actionnaire. Je ne suis pas dans l'opérationnel. Je ne serai pas non plus dans l'opérationnel à Anderlecht. Dans toutes mes activités, j'ai toujours montré une grande transparence. Maintenant, c'est aux autres à juger mon travail...".

Wouter Vandenhaute met enfin les pieds à Anderlecht. Il avait été annoncé comme candidat à la reprise du club bruxellois fin 2017.

Vos commentaires