L'appel au calme d'un club de supporters du Standard concernant Didillon

L'appel au calme d'un club de supporters du Standard concernant Didillon
 
 

La Famille des Rouches a diffusé une lettre appelant au calme après la polémique née des déclarations de Thomas Didillon. Un moyen de calmer les esprits avant le clasico de ce dimanche.

Thomas Didillon avait créé la polémique cette semaine, en préfaçant la rencontre de ce dimanche en utilisant le mot "baraki". Cette petite pique a fait naître de vives réactions, certains s'avouant prêt à lui lancer des projectiles pendant la rencontre, ce qui est formellement interdit.

Afin d'éviter de tels débordements, le club de supporters de la Famille des Rouches a décidé d'envoyé une lettre à l'ensemble des clubs de supporters liégeois. Ce document est un appel au calme et a été transmis sur demande du club liégeois. "Les propos regrettables du gardien d’Anderlecht, Didillon, risquent en effet de susciter des réactions  de la part de nombreux supporters lors du prochain match, ce dimanche", peut-on lire dans la lettre. "Il ne faudrait cependant pas que ces réactions aillent à l’encontre des intérêts de notre club et lui portent préjudice. Le jet de tout objet sur le terrain pourrait en effet occasionner de lourdes sanctions pour notre club et même entraîner l’arrêt du match avec un score de forfait dans le pire des cas", précisent ensuite les expéditeurs.

La lettre fait ensuite appel à la responsabilité de chacun afin de protéger l'image du Standard. "Ces comportements extrêmes nuiraient gravement  à notre club, ce que nous voulons tous éviter. Pourriez-vous donc interpeller et sensibiliser vos membres sur ces conséquences très négatives que pourraient engendrer de tels comportements ? Pourriez-vous  les inviter à ne pas tomber, par des actions excessives , dans le piège de cette provocation ? Supportons notre équipe avec passion, fierté et ferveur. Préférons éventuellement l’humour et surtout l’intelligence comme réponses à la bêtise d’un homme. Le Standard et tous ses supporters sortiraient indéniablement grandis de cette affaire !", précise la lettre.

Reste à savoir si cet appel au calme sera suivi d'effet. Réponse demain, dés 18 heures, au stade de Sclessin. 




 

Vos commentaires