En ce moment
 

Le masque fait son retour dans les stades: "Certains vont râler un peu mais la majorité mettra son masque"

Le masque fait son retour dans les stades:
(c) Belga
 
Masque
 

"Comment se fait-il que les nouvelles mesures anti-Covid ne visent pas les stades de football ?", nous demande Laura qui ne comprend pas que 50.000 personnes puissent être réunies durant les 90 minutes du match Belgique-Estonie "alors que prendre un café, ou déjeuner, cela prend nettement moins de temps."

Laura et les autres supporters seront peut être rassurés de savoir que l'obligation du port du masque (à partir de 10 ans) en un certain nombre de lieux à partir de samedi s'appliquera aussi aux stades de football. Cette mesure, décidée mercredi par le comité de concertation, vaut partout pour l'intérieur (sauf école primaire en Fédération Wallonie-Bruxelles) mais aussi pour l'extérieur dans le cas d'événements où un grand nombre de gens sont rassemblés.

De ce fait, les supporters devront porter à nouveau un masque dans les tribunes des stades de football, en plus de devoir continuer de présenter le Covid Safe Ticke (CST). Une mesure confirmée par la Pro League. "On va mettre des affiche un peu partout dans le stade", nous explique Pierre-Yves Hendrickx, le directeur administratif du Sporting de Charleroi. "On va distribuer des masques à l’entrée pour ceux qui seraient venu sans", poursuit-il. "Le message doit être clair : aller au foot avec des mesures c’est mieux que ne pas y aller du tout."

Chaque club se chargera de faire en sorte que tout se passe au mieux en comptant sur la bonne volonté des supporters. "Certains vont râler un peu mais la majorité veulent aller au stade donc ils mettront le masque", pense Magali Pignolet, secrétaire du club de supporters "La famille des Rouches", qui précise que l'obligation sera bien rappelée à tous pour que les choses se passent bien : "On ne veut pas que ce soit comme aux Pays-Bas", où les matchs se jouent de nouveau à huis-clos, conclut-elle. 

C'est mieux que de ne pas pouvoir y aller du tout

Le son de cloche est le même chez les supporters carolos. "On fera avec", déclare Amaury Otoul, le président de l'Amicale des Supporters du Sporting Charleroi, d'un ton dépité. "C'est mieux que de ne pas pouvoir y aller du tout". "Le gros souci, c'est en déplacement", poursuit le supporter. "On doit s'entasser à 50 dans des bus sans distanciations. Même s'il faut le Covid Safe Ticket et un masque, on voit bien que le risque d'être contaminé continue d'exister". L'obligation pour les fans carolos de venir en bus pour supporter leur équipe vient du bourgmestre de la ville de Bruges où se déplace le Sporting samedi. "C'est comme ça pour 90% des déplacements mais ça serait moins risqué d'y aller à 3-4 par voiture plutôt que tout le monde dans un bus", regrette-t-il.

Si le masque fait son retour dans les stades, il n’est pour le moment pas question d’une baisse du nombre de supporters autorisés dans les stades. 


 

 




 

Vos commentaires