Les jeunes du White Star virés du stade Fallon: "C’est aberrant"

 
 

Les jeunes du White Star ne pourront plus jouer au stade Fallon, à Woluwe-Saint-Lambert. La commune a pris cette décision, qui n’est pas liée au terrain ou aux infrastructures, mais au déménagement de l’équipe première du club au stade Martens à Molenbeek.

Depuis vendredi dernier, la rumeur circulait au sein du club de football bruxellois. « Nous avons d’abord été avertis verbalement. Des parents sont venus nous informer que l’échevin des sports (ndlr : Eric Bott) leur avait affirmé que les jeunes devraient quitter le stade Fallon », explique Cisco Ferrera, directeur sportif de l’école des jeunes du White Star.

Pour tenter d’avoir des éclaircissements, une quarantaine de parents inquiets ont donc décidé hier après-midi de se rendre à la maison communale pour rencontrer le bourgmestre, Olivier Maingain (FDF). Ce dernier a confirmé cette décision, avant d’envoyer ce jeudi après-midi une lettre recommandée à la présidence du club .

Pour deux raisons

« Ça y est, c’est officiel. Il n’y a plus de doute. Nous avons reçu un courrier signé par le bourgmestre. La commune refuse de signer la nouvelle convention pour la saison prochaine pour deux raisons : parce que l’équipe première joue à Molenbeek et parce que le club a décidé de ne plus inscrire les équipes provinciales et régionales. Nous devrons donc quitter les installations à partir du 1er juillet », révèle Cisco Ferrera.

Le maïeur a toutefois fait une proposition: il accepte que les jeunes du White Star restent au stade Fallon à condition que le club soit géré non plus par la direction actuelle mais par la commune via une asbl paracommunale. Une proposition de reprise de l’école qui ne plaît pas du tout au club. « C’est aberrant. Le White Star refuse de donner ses enfants à la commune et est prêt à tout pour que les jeunes puissent rester à Woluwé. Un bras de fer s’engage donc avec l’administration communale », assure Cisco Ferrera.

238 enfants de 8 à 19 ans

Au total, 238 enfants âgés de 8 à 19 ans sont concernés par cette décision. Pour eux, leur avenir est incertain. « Mon fils est très inquiet. Il ne sait pas où il va pouvoir jouer en septembre », révèle Serge, le père d’un joueur de 14 ans qui est inscrit depuis 5 ans au White Star. « Si au moins on avait appris cette nouvelle il y a 3-4 mois, on aurait pu trouver un autre club à temps. Mais maintenant la saison est terminée. Les entraînements et les tests sont finis », regrette Serge.

« C’est surtout un souci de timing. Les équipes sont déjà complètes pour la saison prochaine. C’est comme à l’école, si une classe accueille 35 élèves, elle ne peut pas tout à coup en prendre 35 de plus. Ce que je trouve vraiment dommage, c’est que ce sont les enfants que l’on prend en otages », souligne le directeur sportif, qui précise que de nombreux parents en colère prennent contact avec lui.

Ces jeunes footballeurs et leurs proches risquent donc de passer des vacances estivales assez stressantes. Actuellement, le désaccord semble en tout cas bien réel entre le club et la commune. « La direction du White Star va sans doute aller devant les tribunaux. J’espère que l’on va trouver une solution. Mais visiblement, à moins d’aller prier à Lourdes, je pense que cela sera difficile », regrette Cisco Ferrera.




 

Vos commentaires