En ce moment
 

Standard-Charleroi: voici ce qu'en pense la presse

Standard-Charleroi: Saint-Nicolas est le seul rouge content aujourd'hui
© Belga
 
 

Le Standard et Charleroi s'affrontaient dimanche soir dans le derby wallon. Les choses ont dégénéré à l'heure de jeu lorsque les supporters liégeois ont lancé des fumigènes à l'heure de jeu alors que Charleroi menait 0-3. L'arbitre a fini par arrêter définitivement le match.

Au lendemain des événements chaotiques de fin de match entre le Standard et Charleroi, le foot belge se réveille avec la gueule de bois. Le derby wallon entre le Standard et Charleroi n'a pas pu aller à son terme. Interrompu une première fois à l'heure de jeu pour des jets de fumigènes, l'arbitre a définitivement mis fin à la rencontre à la 87e minute lorsque de nouveaux projectiles ont atterris sur le terrain.

Pas satisfaits d'avoir seulement arrêté le match, les responsables ont envahi le terrain afin d'aller provoquer les supporters de Charleroi qui se trouvaient à l'opposé du stade. Certains supporters rouges leur criant de "tuer" les carolos

Suite à ces débordements extrêmes, la Pro League a réagi très vite en publiant un communiqué dans lequel l'instance "condamne fermement" et prévient que "des mesures adéquates seront prises". 

 standard

"L'humiliation totale", titre le quotidien La Meuse, ce matin. Nos confrères de Sudinfo détaillent les sanctions que risque le Standard : le score de 0-3 devrait se muer en 0-5 (score de forfait car le match n'a pas pu aller à son terme), une amende 50.000 euros ainsi que un match à huis clos.

Nos confrères de la DH titrent la "Honte totale" et insistent sur le côté "Indigne" dans leur édition sportive. "La Pro League avait appelé les supporters à montrer l'exemple, ce week-end, pour garder des stades en capacité d'accueillir le public, malgré une situation sanitaire qui s'est sérieusement dégradée. Il n'est pas toujours bon que le football football veuille montrer l'exemple parce que certains de ses supporters sont d'indécrottables énergumènes, incapables de rester calmes, prêts à arrêter un match et à traverser le terrain pour aller provoquer les supporters adverses", assènent nos confrères.

Pour Le Soir, le match d'hier soir était le "Derby de la honte" tandis que La Libre rapporte un "triste spectacle".

Après le match, lors des interviews, le coach du Standard n'a pas voulu s'exprimer clairement sur les événements qui venaient d'avoir lieu. L'ancien entraîneur de Courtrai a admis qu'il "y a une ras-le-bol général" et que "nous sommes les seuls à pouvoir changer ça. Il ne faut pas prendre pitié de nous-mêmes. Il faut pouvoir rendre de la fierté aux supporters", a-t-il déclaré.

En ce 6 décembre, jour de la Saint-Nicolas, il semble que le grand Saint soit le seul rouge à garder le sourire pour sa tournée annuelle. Le patron des écoliers était d'ailleurs présent au début du match pour donner le coup d'envoi.

st-nicolas


 




 

Vos commentaires