Suspicion de fraude dans le football belge: l’agent de joueurs Christophe Henrotay inculpé et remis en liberté sous conditions

Suspicion de fraude dans le football belge: l’agent de joueurs Christophe Henrotay inculpé et remis en liberté sous conditions
©Belga
 
 

L'agent de joueurs Christophe Henrotay a été entendu par un juge d'instruction à Bruxelles concernant de possibles arrangements financiers autour de transferts de footballeurs, selon une information publiée mardi par le quotidien Het Nieuwsblad et confirmée à bonnes sources judiciaires. Selon ces dernières, le juge d'instruction qui l'a entendu en mars a décidé de l'inculper et de le remettre en liberté sous conditions. Le parquet fédéral se refuse à faire des commentaires.

Le parquet fédéral et le juge d'instruction Michel Claise mènent une enquête sur des suspicions de blanchiment d'argent et d'association de malfaiteurs. Elle porte notamment sur des arrangements financiers autour des transferts depuis Anderlecht de l'attaquant Aleksandar Mitrovic et du défenseur Chancel Mbemba vers le club anglais de Newcastle en 2015 et autour du celui de Youri Tielemans à l'AS Monaco deux ans plus tard. Les 10 et 11 septembre, les enquêteurs avaient effectué quatre perquisitions à Monaco, deux en Belgique et une à Londres. Christophe Henrotay avait été arrêté à Monaco en septembre dernier dans ce cadre et avait ensuite été libéré par la cour d'appel de la principauté après le versement d'une caution de 250.000 euros. Un mandat d'arrêt international doublé d'un mandat d'arrêt européen ont été envoyés à Monaco, initiant ainsi une procédure d'extradition. Me Dimitri De Beco, l'avocat de Christophe Henrotay, avait proposé son annulation, étant donné que son client était "tout à fait disposé à se rendre en Belgique de son plein gré pour répondre à toutes les questions que les enquêteurs voudraient lui poser". En conséquence, pour faciliter les choses, la procédure ouverte prenant du temps, Christophe Henrotay a pu, avec l'accord du juge, se présenter lui-même à Bruxelles. Un agenda de travaux tenant compte du confinement a pu être convenu. L'enquête suit son cours.




 

Vos commentaires