En ce moment
 

Vincent Kompany n'est pas inquiet avant d'affronter Charleroi: "Il y a toujours de la pression à Anderlecht"

Le choc des Sporting est-il
© Belga
 
 

Anderlecht a du mal à gagner ces dernières semaines. Lors de leurs sept derniers matchs de championnat, les Mauves et Blancs n'ont gagné qu'une seule fois contre 5 nuls et une défaite. Samedi, Anderlecht (6e, 22 points) se rend à Charleroi (5e, 26 points) et doit s'imposer s'il ne veut pas voir les Zèbres prendre une trop grande avance et voir d'autres équipes lui passer devant. Seuls deux petits points séparent le 6e (Anderlecht) du 12e (Standard) au classement.

"Si c’est le match de la dernière chance ? Cela fait 18 mois qu’on parle de la dernière chance", déclare Vincent Kompany en conférence de presse, dont les propos sont relayés par nos confrères de la Dernière Heure. "Il y a toujours de la pression à Anderlecht. C’est un privilège de travailler avec cette pression. Celui qui ne sait pas la gérer, n’est pas à sa place ici", poursuit le coach qui assure que "mon sort n'est pas important".

Une réunion s'est tenue au club cette semaine entre les joueurs, le coach et la direction. "Ce n’est pas la première fois mais c’est la première fois qu’on en parle dans les médias", répond à cela Vincent Kompany. "Bien sûr que le soutien de la direction n’est pas inconditionnel, mais il est encore là parce que je travaille dur. Et parce que je regarde objectivement les problèmes."

Dimanche dernier, Vincent Kompany alignait un onze de base dans lequel aucun joueur formé au club n'était présent, une première depuis 10 ans. Malgré cela, Kompany a affirmé que les jeunes continuent d'occuper une place centrale dans le projet du club. "À chaque position, le premier concurrent est un Neerpede-boy. Doku et Sambi ont aussi été sur le banc ! Mais c’est la concurrence que je laisse primer pour faire mes choix."


 




 

Vos commentaires