En ce moment
 

"Si on n'est plus dans un état de droit...": le président de Lyon s'emporte après la défaite face à Marseille (vidéo)

Marseille a battu Lyon dimanche en match de clôture de la 13e journée du championnat de France de football (2-1). Jason Denayer et les Gones n'ont pu empêcher Dimitri Payet de signer un doublé pour les Marseillais (18e sur penalty et 39e). Au classement, l'OM est deuxième avec 22 points, à huit longueurs du PSG. Lyon confirme son déclin: 14e avec 16 points, seulement quatre en plus que Dijon, 18e et barragiste.

Marseille a dominé la première période de ce que l'on surnomme l'Olympico. Payet a concrétisé cette supériorité en transformant un penalty accordé pour une faute de main de Thiago Mendes (17e, 1-0). Par la suite, l'OM a intensifié son pressing et sur une passe de Maxime Lopez, Payet a double l'écart d'une frappe pied droit (39e, 2-0). Le numéro 10 marseillais n'avait plus signé un doublé en Ligue 1 depuis le 10 août 2018 au Vélodrome face à Toulouse.

En début de seconde période, Lyon a fait le siège dans le camp marseillais sans arriver à se montrer dangereux avant que le match soit interrompu en raison du manque de visibilité dû à importante fumée dégagée par des fumigènes (56e). Mais juste après, Moussa Dembélé, dans la surface de réparation, a réduit l'écart de la tête (59e, 2-1) inscrivant son 9e but de la saison. Les Lyonnais étaient relancés d'autant qu'Alvaro Gonzales, le défenseur marseillais, a été exclu (64e, 2 jaunes). En supériorité numérique, les Gones se sont rués à l'assaut de Marseillais repliés dans leur camp mais n'ont pas égalisé. 

Interrogé en fin de rencontre, le président des Lyonnais, Jean-Michel Aulas, n'a pas gardé sa langue dans sa poche. Pour lui, si la victoire marseillaise n'est pas à remettre en cause, il faut tout de même regarder le contexte dans lequel le match s'est disputé. "Quand le bus est caillassé sur commande pour impressionner les joueurs, c'est dommage. Bravo à Marseille d'avoir mis une pression fantastique et d'avoir conditionné les ramasseurs de balle pour qu'ils ne donnent plus les ballons. Cela n'enlève rien à l'OM qui a fait un bon match, mais il y a de grosses erreurs d'arbitrage. Si le VAR ne fonctionne pas et si on n'est plus dans un état de droit..", a notamment déclaré l'homme fort lyonnais, avide de déclarations fracassantes. Ambiance !

Un bus caillassé avant le match

Le bus de l'équipe de Lyon a été caillassé à son arrivée au stade Vélodrome de Marseille dimanche, où les Lyonnais rencontrent dans la soirée l'OM dans une ambiance électrique, entre tifo géant et record d'affluence. Cette rencontre au sommet de la Ligue 1 a attiré 65.369 spectateurs, selon le club phocéen qui bat sa précédente marque de 65.148, établie en 2015 contre le Paris SG.

Un tifo géant, sur trois tribunes, a été déployé avant le coup d'envoi pour fêter les 120 ans de la création du club, avec notamment le portrait de son fondateur René Dufaure de Montmirail, ainsi qu'une réplique de Notre-Dame-de-la-Garde.

Mais le match a débuté dans la tension, des supporters marseillais jetant des boulettes de papier sur Jeff Reine-Adelaïde qui allait tirer un corner, dès la 3e minute. Avant la rencontre, le caillassage du bus lyonnais a provoqué l'explosion de deux vitres latérales, a constaté un journaliste de l'AFP. Des faits similaires avaient eu lieu en mai 2019, en mars 2018 et en septembre 2016, lors de précédents OM-OL.

La soirée avait pourtant commencé dans une ambiance festive, avec le défilé coloré et festif de 6.000 à 7.000 supporters de l'OM, depuis le rond-point du David, en bord de mer, jusqu'au stade. La déjà forte rivalité entre les deux clubs est pimentée pour cette édition de l'"Olimpico" par la présence sur le banc lyonnais de Rudi Garcia, qui a été l'entraîneur de l'OM les trois saisons précédentes.

EJCGKN1XkAAlJIc

Un tweet a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.

Vos commentaires