En ce moment
 

Objectif huitièmes de finale: les Diables Rouges jouent gros face au Danemark

Objectif huitièmes de finale: les Diables Rouges jouent gros face au Danemark
 
 

Cinq jours après l'arrêt cardiaque de Christian Eriksen, le Danemark veut jouer pour lui: soulagés de voir leur équipier en vie, les Danois vont s'efforcer de revenir au football jeudi à l'Euro contre la Belgique (18h00), avec l'espoir de lui faire honneur.

Face au grand favori du groupe B, qui a réussi ses débuts en surclassant la Russie (3-0), les Danois vont devoir gérer leurs émotions pour effacer leur défaite inaugurale contre la Finlande... certes concédée dans un contexte très particulier (1-0).

Comment avoir la tête au football lorsque votre partenaire et ami vient de s'écrouler en plein match, victime d'un arrêt cardiaque, avant d'être réanimé sur la pelouse par les équipes de secours ? Le Danemark n'était clairement pas dans son assiette samedi soir lorsque le match, interrompu pendant près de deux heures après le malaise d'Eriksen, a repris pour aller à son terme au stade Parken de Copenhague.

Mais les Danois ont promis de s'en relever et de "jouer pour Christian", selon le souhait émis par le milieu de l'Inter Milan depuis sa chambre à l'hôpital, situé tout proche de l'enceinte. "Cela va être fort émotionnellement de retourner au Parken, on s'attend à avoir un incroyable soutien de la part de nos supporters et de tout le pays", a déclaré le sélectionneur du Danemark Kasper Hjulmand mercredi en conférence de presse. "Il faut qu'on soit prêt à ça et utiliser cette énergie de façon positive", a ajouté le technicien.

Soutien psychologique

Le malaise de Christian Eriksen, 29 ans, restera à coup sûr comme l'une des images fortes de cet Euro: transféré à l'hôpital, son état s'est amélioré depuis. "Je vais bien malgré les circonstances", a-t-il écrit mardi dans un message publié sur son compte Instagram.

Selon la Fédération danoise (DBU), les supporters ont prévu des applaudissements à travers le stade à la 10e minute de jeu jeudi, allusion au N.10 que porte Eriksen en sélection, ainsi qu'une bannière à son intention. Reste à voir si cette union sacrée autour d'Eriksen donnera un supplément d'âme à une équipe désormais privée de son maître à jouer.

"On sait que cela va être dur, d'autant que Christian, notre meilleur joueur, le coeur de cette équipe, est irremplaçable", a souligné le sélectionneur. Pour ne pas être submergé par l'émotion jeudi, Hjulmand a offert la possibilité aux joueurs de se rendre au stade mercredi soir, tout en leur laissant le choix d'y aller ou pas. "On ne sait pas comment on va réagir, car personne n'a été confronté à ce qu'on a vécu (samedi), chacun va avoir une façon différente de gérer ce qu'il s'est passé", a expliqué l'attaquant Yussuf Poulsen.

Par ailleurs, depuis le malaise cardiaque d'Eriksen, les joueurs et le staff danois ont reçu le soutien d'une équipe de psychologues: "En groupe ou individuellement, cela nous a fait du bien", a assuré le sélectionneur.

La Belgique vise la qualification

Sur le plan sportif, les "Rod-Hvide" (les Rouge et Blanc) sont déjà sous pression après la défaite inattendue face aux "Hibous" finlandais. Même si une défaite ne les éliminerait pas, elle hypothèquerait grandement leurs chances d'atteindre les huitièmes de finale avant une dernière affiche dans leur antre face à la Russie.

Côté belge, les Diables rouges décrocheront leur billet pour la phase à élimination directe en cas de succès jeudi. Cela pourrait permettre au sélectionneur Roberto Martinez de faire souffler certains cadres lors du dernier match face à la Finlande et de donner du temps de jeu à d'autres en manque de rythme, comme Eden Hazard, Axel Witsel ou Kevin De Bruyne, qui pourraient entrer en jeu dès jeudi à Copenhague.

Mais l'émotion sera aussi forte du côté de la Belgique, dont plusieurs joueurs sont proches d'Eriksen, à l'image de Romelu Lukaku. "J'ai reçu un message de Christian me disant qu'il va bien", s'est livré son coéquipier de l'Inter en conférence de presse mercredi. "Demain je lui enverrai un petit message avant le match."

Le Belge s'était déjà adressé à lui depuis le terrain lors de son doublé samedi face aux Russes. Au nom de Christian Eriksen.


 




 

Vos commentaires