En ce moment
 

Francesco Totti: "À mon époque, le football était fait d'amour, maintenant c'est plus du business"

Francesco Totti:
© EPA
 
 

Francesco Totti a pris une retraite bien méritée après 25 ans de bons et loyaux service avec son club de la Roma. L'Italien a livré un long entretient au très réputé journal britannique The Guardian.

Dans un long entretient accordé au journal The Guardian, Francesco Totti est revenu sur l'évolution du football ces dernières années, lui dont la carrière s'étend de 1992 à 2017.

"J'ai commencé à des époques différentes. Un football différent", déclare Totti au journaliste du Guardian. "Un football fait d'amour, d'affection envers les fans. Jouant pour l'équipe que j'ai toujours soutenue, c'était beaucoup plus facile pour moi de faire ce choix. Vingt-cinq ans dans une équipe, ce n'est pas rien, et en tant que capitaine, étant l'un des joueurs les plus importants, vous devez toujours être à la hauteur. Mais faire une comparaison entre mon époque et aujourd'hui, c'est difficile. Aujourd'hui, c'est plus le business. Vous allez là où vous pouvez gagner plus d'argent." Loin de blâmer cette attirance pour l'argent, il ajoute "Et c'est assez juste, non ?"

De l'argent, le champion du monde 2006 aurait pu en gagner beaucoup plus s'il avait décidé d'accepter une des nombreuses offres qu'il a reçue d'autres clubs durant sa carrière. Il se souvient d'une offre de contrat du Real Madrid, en 2006, qui aurait fait de lui le joueur le mieux payé au monde. Une offre que l'ancien capitaine de la Louve a bien failli accepter. "Bien sûr que j'y ai pensé", dit Totti. "Disons qu'il y a eu pas mal de jours où nous avons eu un pied dedans et un pied dehors. Ensuite, j'ai dit, souvent et sincèrement, que le choix de rester avec Roma a été fait avec le cœur. Dans ces moments-là, quand vous vous sentez comme ça, vous ne pouvez pas vous en aller."

"Le Real Madrid était la seule autre équipe pour laquelle j'aurais pu jouer", admet-il encore. "La seule équipe que cela aurait pu être, je pense. Une expérience dans un pays différent aurait pu être quelque chose de beau pour tout le monde. Pour ma famille. Pour moi."


 




 

Vos commentaires