En ce moment
 

L1: Der Zakarian face au défi de la défense brestoise

L1: Der Zakarian face au défi de la défense brestoise
Michel Der Zakarian, alors entraîneur de Montpellier, lors d'un match de Ligue 1 à Nantes, le 23 mai 2021Sebastien SALOM-GOMIS
 
 

Poursuivi par une étiquette de coach défensif qu'il réfute, Michel Der Zakarian est arrivé à Brest pour pérenniser le club en Ligue 1 mais devra avant tout résoudre le rébus d'une défense bretonne perpétuellement flageolante.

Après avoir entraîné Nantes, Clermont et Reims, l'entraîneur franco-arménien a réussi à stabiliser Montpellier dans le Top 10 de l'élite lors des quatre dernières saisons, mais le président Laurent Nicollin a choisi de faire venir l'entraîneur de Brest, Olivier Dall'Oglio, plutôt que de reconduire son contrat.

Le club breton a alors saisi l'occasion pour inviter "Der Zak" à faire le chemin inverse. "C'est une plus-value", a assuré le directeur sportif de Brest, Grégory Lorenzi. "On connaît son expérience et sa capacité à obtenir des résultats".

Lui que l'on attendait peut-être dans un club plus ambitieux le reconnaît à l'AFP: "Je n'avais que Brest et comme j'avais envie de continuer à entraîner, je suis venu. Et puis quand je suis arrivé à Montpellier, ils venaient de finir 17e, on a fait de bons résultats et j'espère que ça va être le cas à Brest".

Pour cette saison, son objectif est clair: "Faire mieux que la saison dernière".

- Passage en 3-5-2 -

L'an dernier, malgré une défense poreuse, les Brestois sont longtemps restés loin de la zone de relégation, grâce à un jeu attrayant tourné vers l'avant et à une attaque efficace. Mais la "Team Pirates" s'est peut-être vue trop belle.

Oublié le grain de folie, les Ty-Zefs ont dégringolé jusqu'à la 17e place et n'ont échappé aux barrages que grâce à la défaite de Nantes face aux Montpelliérains de "Der Zak" lors de la dernière journée.

"Il y a eu du relâchement, et une équipe qui prenait beaucoup de buts aussi donc c'était plus difficile de gagner ses matches", explique le nouveau coach.

Pour y remédier, cet ancien défenseur central fidèle (7 saisons à Nantes, 11 à Montpellier) et dur au mal a mis en place un schéma en 3-5-2 que les Brestois n'avaient pratiquement pas connu ces deux dernières saisons.

Las... Ils ont encore encaissé 10 buts en quatre matches de préparation, souvent sur des erreurs défensives, contre Guingamp (2-2), Lorient (2-3), Saint-Brieuc (1-2) et Nantes (1-3).

- 'Défendre collectivement' -

"Ce n'est pas le schéma qui est important, c'est comment on défend collectivement, comment on défend individuellement", a martelé Der Zakarian devant la presse après avoir tempêté sur le banc contre Nantes. "Quand il y a des erreurs, on peut jouer en 3-5-2, en 4-4-2 ou 4-3-3..."

Malgré tout, le principal est d'être prêt pour le premier match de Championnat: "Il faudra avoir une bonne maîtrise collective, une bonne maîtrise du ballon, et emmerder toutes les équipes", explique-t-il à l'AFP. Pas simple pour Brest, qui va commencer par un déplacement à Lyon puis recevoir Rennes et le PSG.

Il n'y a pas que la défense. La saison dernière, le Montpellier de "Der Zak" n'a pas brillé dans ce domaine, encaissant seulement 4 buts de moins que Brest. Mais la réussite du duo Laborde-Delort en attaque a fait la différence.

Avec le voltigeur Steve Mounié, aux coups de tête redoutables, l'instinctif Irvin Cardona, le revanchard Gaëtan Charbonnier, délaissé l'an dernier par Dall'Oglio, ou encore les frappes du droit de Franck Honorat, Brest aussi a des arguments en la matière.

Der Zakarian envisage de laisser le brassard de capitaine à Brendan Chardonnet, l'éternel remplaçant devenu indispensable en défense centrale et qui avait été l'un des rares à tenter de sonner la révolte en fin de saison dernière, mais il parle aussi de le confier à Mounié.


 




 

Vos commentaires