La presse italienne adule Romelu Lukaku, l'homme du titre à l'Inter Milan

 
 

L'Inter Milan a décroché hier son premier titre de champion d'Italie en 11 ans. Une performance remarquable et saluée par les médias italiens. Le plus important d'entre eux fait de Romelu Lukaku l'homme du titre.

21 buts, 10 passes décisives: la saison de Romelu Lukaku est exceptionnelle en Serie A. Ce n'est pas pour rien que l'Inter Milan a pu décrocher le graal hier, profitant du faux pas de l'Atalanta pour s'adjuger officiellement le Scudetto, onze ans après son dernier sacre. Et le Diable Rouge y a grandement contribué.

La presse italienne ne tergiverse d'ailleurs pas à ce sujet, en enchaînant les compliments pour l'attaquant de 27 ans, qui a encore franchi un palier sous les ordres d'Antonio Conte. "Un attaquant et un leader pour l’Inter", écrit par exemple la Gazzetta dello Sport. "Avec Romelu, on peut chanter et danser, comme hier dans les rues de Milan. Il était toujours là, et pas seulement avec des buts et des passes décisives. Son équipe l’a également suivi dans les moments difficiles. Il était impossible de l’arrêter. Après la victoire 4-2 contre le Torino, il avait déclaré : ‘Nous ne sommes pas une grande équipe, ça ne va pas’. Le match suivant face à Sassuolo (victoire 0-3, NDLR), est aujourd’hui considéré comme le tournant de sa saison : si Lukaku n’est pas un leader, c’est qu’il n’existe pas de leaders dans le football", peut-on ensuite y lire.

Le journal lui attribue la meilleure note du groupe, avec un 9/10 sur l'ensemble de la saison. "Antonio Conte a définitivement affiné Lukaku, son diamant brut. L’entraîneur de l’Inter a pu compter sur Perisic, Eriksen, Barella, Hakimi, Lautaro… Mais Big Rom a apporté quelque chose en plus. Pas seulement avec une montagne de buts (21) et de passes décisives (10). C’était sa profondeur, son courage, sa générosité, son leadership, son sens de la tactique… Quatre fois il n’était pas titulaire avec pour résultat, une défaite contre la Sampdoria et deux nuls face à Parme et l’Atalanta. Ce n’est pas une coïncidence. Dans ce championnat marqué par le Covid, la grande chance de Conte a été de pouvoir toujours compter sur son totem Lukaku, contrairement à d’autres clubs".

Le Corriere dello Sport embraye aussi le pas. "Sans lui, l'Inter n'existe pas. Il a été insaisissable, il a émietté les défenses. Même dans les matchs les plus difficiles, il était là pour tirer son équipe. Et quand il ne marquait pas, il était là pour faire le sale boulot. Dans le vestiaire, il a tiré le groupe, bien aidé par sa relation très solide avec son entraîneur. Si l'Inter est champion, c'est en grande partie grâce à lui".

Reste à espérer que cette dynamique se poursuivre pour l'Euro 2020. Avec la forme de Kevin De Bruyne et le retour d'Eden Hazard, cela devient intéressant !




 

Vos commentaires