En ce moment
 

Mondial: La Suisse d'Embolo dompte le Cameroun, encore bredouille

 
 

La Suisse a porté un coup sévère aux rêves de qualification du Cameroun, battu (1-0) jeudi à Doha dans un groupe G du Mondial-2022 très relevé avec le Brésil et la Serbie.

C'est la huitième défaite d'affilée en Coupe du monde pour les Lions Indomptables, qui se sont inclinés sur un but de l'attaquant né au Cameroun Breel Embolo, et restent coincés dans les starting-blocks, alors que Brésiliens et Serbes s'affrontent en soirée.

La "Nati", elle, reste dans la course. Au prochain match "contre le Brésil, il faudra peut-être défendre un peu plus, mais cette victoire nous donne confiance", savoure le sélectionneur Murat Yakin.

Embolo, Bâlois né à Yaoundé, a le plus modestement possible fêté son but, levant les bras au ciel pour célébrer, les paumes en avant pour demander pardon.

Ce but doit beaucoup aux anciens de la Nati: un décalage de Granit Xhaka pour Xherdan Shaqiri, dont le centre en retrait parfaitement ajusté à trouvé le buteur de l'AS Monaco (48e).

- "Maturité" -

"Nous avons joué avec beaucoup de maturité", observe Yakin, "nous sommes une équipe qui se connaît bien, qui joue ensemble depuis longtemps".

Mais les Camerounais peuvent s'en vouloir à eux-mêmes bien plus qu'à Embolo d'avoir manqué leurs occasions en première période.

Les Lions se sont créés les premières occasions, dans le dos du latéral droit Silvan Vidmer. Mais Bryan Mbeumo a mal réglé la mire (10e) et Eric-Maxim Choupo-Moting s'est fait reprendre par Manuel Akanji (14e). Puis Martin Hongla a été contré par Yann Sommer (30e).

Les attaquants camerounais n'ont pas eu l'efficacité de leur glorieux aîné Roger Milla, honoré avant le coup d'envoi comme plus vieux buteur de l'histoire de la Coupe du monde par le président de la Fifa, Gianni Infantino.

Milla avait ébloui le Mondial-1990 avec quatre buts, et marqué à 42 ans un dernier but en 1994.

Le dernier buteur des Lions en Coupe du monde reste Joël Matip, qui avait brièvement égalisé contre le Brésil (4-1) à Brasilia en 2014, avant une nouvelle défaite.

- Embolo contre son pays natal -

La Suisse elle est longtemps restée inoffensive, dangereuse surtout sur coups de pied arrêtés, avec des têtes de la charnière sur corners, Nico Elvedi (40e) puis Akanji (45e+1).

L'avant-centre du 4-2-3-1 de Murat Yakin, Breel Embolo, qui jouait contre son pays natal, a été dominé physiquement par la charnière centrale Nicolas Nkoulou-Jean-Charles Castelletto. Le Nantais a notamment réussi un tacle superbe, et risqué, pour enlever une balle de but à l'attaquant suisse (40e).

Sur son côté gauche, Bryan Mbeumo en particulier est passé à côté de son match, comme impressionné par l'évènement.

Nettement dominés en première période, les Suisses ont frappé dès le retour des vestiaires. Ils ont eu une balle de KO par Ruben Vargas, mais André Onana a réussi une parade magnifique (66e).

Après le but d'Embolo, les Camerounais n'ont guère plus été dangereux, comme les autres sélections africaines.

Pendant que l'Asie brille avec les victoires de l'Arabie Saoudite sur l'Argentine (2-1) et du Japon sur l'Allemagne (2-1), les représentants de la CAF n'ont toujours pas marqué le moindre but au Qatar, en attendant Portugal-Ghana (17h00).

Le Cameroun bénéficie toujours d'une énorme cote de sympathie depuis les pas de danse de Milla au poteau de corner, mais il n'a gagné qu'un seul match de Coupe du monde depuis cette époque.

C'était en 2002 contre l'Arabie Saoudite (1-0), avec un but de celui qui est aujourd'hui président de la Fédération (Fécafoot), Samuel Eto'o, qui a mis beaucoup de pression à son équipe en parlant de remporter la Coupe du monde. Il faudrait déjà enfin gagner le prochain match, lundi contre la Serbie...


 

Vos commentaires