En ce moment
 

Olivier Giroud taille sans retenue la décision de Didier Deschamps: "Le retour de Benzema a déséquilibré l'équipe"

 
 

Le retour de Karim Benzema a compliqué la tâche d'Olivier Giroud chez les Bleus. Actuellement écarté par Didier Deschamps, l'attaquant du Milan AC ne sait pas quand il pourra porter à nouveau le maillot de l'Equipe de France.

Il faut dire aussi que Benzema assure. Le joueur du Real Madrid a inscrit son 33e but en équipe nationale, dimanche dernier à Milan contre l'Espagne en demi-finale de Ligue des nations, ce qui le place à une longueur seulement de David Trezeguet, cinquième meilleur buteur de l'histoire des Bleus. Rappelé à la surprise générale pour le Championnat d'Europe, l'avant-centre a inscrit deux doublés durant la compétition, contre le Portugal (2-2) en phase de groupes puis contre la Suisse (3-3, 5-4 tab) en huitième de finale, avant l'élimination des Bleus. Il avait ensuite enchaîné trois matches sans marquer, avant de sonner la révolte lors de la victoire renversante contre la Belgique (3-2) jeudi en demi-finale de Ligue des nations.

Des buts qui n'ont pas convaincu Olivier Giroud. Dans son autobiographie, il estime que le retour de KB9 a "déséquilibré" l'équipe: "Je me suis dit à moi-même: si Karim revient, tu es grillé". Pour lui Benzema "a créé un déséquilibre tactique dans notre jeu. Ce n'était pas de sa faute, mais c'était douloureusement évident. Nous avons perdu notre force collective. Ce déséquilibre soudain a perturbé l'équipe".

Olivier Giroud précise qu'il n'a aucun problème personnel avec la star du Real Madrid: "Entre lui et moi, il n'y a jamais eu de problème. Je dois être clair là-dessus. Je n'ai jamais eu de problème avec lui. J'ai passé du temps en équipe nationale avec lui avant 2015. Nous avons joué ensemble la Coupe du monde 2014 et l'Euro 2012. J'aime jouer avec lui sur un terrain."

Vivre la finale de la Ligue des Nations devant sa télé a été une "épreuve compliquée" pour l'international français.

"Pour être honnête avec vous, c'était un peu bizarre de les voir jouer dans mon stade, mon nouveau stade (où la finale s'est disputée)". "Émotionnellement, c'était un peu spécial pour moi de les regarder à la télévision. Pour être tout à fait franc, c’était trop tôt pour que j'aille, par exemple, voir les gars dans le vestiaire. Evidemment, j'étais déçu de ne pas être là. Didier Deschamps a décidé de ne pas faire appel à moi et je dois respecter ce choix."


 




 

Vos commentaires