En ce moment
 

Par peur des représailles après une défaite 8-0, ce gardien du Djibouti s'installe dans un aéroport de Paris

Un 8-0 qui lui fait risquer sa vie: par peur des représailles, un gardien du Djibouti s'installe dans un aéroport parisien
 
 

Nasrodin Aptidon est en pleine galère. Le gardien remplaçant de l'équipe nationale du Djibouti vient de vivre une trêve internationale exécrable. Son équipe a concédé deux défaites cinglantes, d'abord contre l'Algérie (8-0) puis contre le Niger (2-4). Des résultats décevants qui inquiètent certains joueurs, qui se sentent menacés par le régime en place, qui aurait déjà intenté plusieurs actions après des critiques formulées contre le gouvernement.

La situation est tellement tendue que trois joueurs ont décidé de déserter l'équipe nationale lors d'un transit à l'aéroport d'Orly. Nasrodin Aptidon, Bilal Hassan et Aboubakar Elmi ont en effet pris leurs quartiers dans la zone de transit de l'aéroport, par peur de revenir au pays et de voir le régime s'occuper d'eux. Ils craignent pour leur vie et ont fait une demande d'asile en France.

Depuis une semaine, le trio vit sur place. "Ils sont embêtés par le gouvernement dès qu’ils disent quelque chose qui dérange et étaient effrayés à l’idée de rentrer à Djibouti après avoir perdu avec un aussi gros écart. Ils n’avaient pas prévu cela et ont pris la décision en étant à Paris", raconte Jean-Loup Schaal, président de l’Association pour le respect des droits de l’homme à Djibouti dans une interview accordée à la BBC. "Hassan a déjà été forcé de faire des choses qu'il refusait de faire, comme arrêter des membres de sa famille. Pour eux, il était impossible de faire cela", précise-t-il ensuite.

Mercredi, Hassan et Bilal ont obtenu de l'aide et ont ainsi pu quitter Orly. Mais le gardien, lui, est toujours dans l'attente d'une solution. Il n'est pas autorisé à circuler en France, il passe donc sa journée dans la zone de transit avant d'être ramené dans l'hôtel de cette zone pour dormir. Il plaide sa cause auprès des autorités compétentes pour obtenir l'asile. 


 




 

Vos commentaires