En ce moment
 

PSG: près de 2 milliards d'euros de contributions sociales et fiscales versées depuis 2011

PSG: près de 2 milliards d'euros de contributions sociales et fiscales versées depuis 2011
Le président du Paris SG, Nasser Al-Khelaïfi, au stade de France, à Saint-Denis, le 19 mai 2021FRANCK FIFE
 
 

Le Paris SG a payé 1,9 milliard d'euros de contributions sociales et fiscales en dix ans, depuis l'arrivée en 2011 de son actuel propriétaire qatarien, rapporte jeudi une étude commandée par le club.

Ce chiffre englobe les impôts payés par les joueurs, le PSG, et la contribution de celui-ci au budget des organismes sociaux.

Pour la saison 2019-2020, le Paris Saint-Germain a versé un montant record de 269,3 millions d'euros, plus du triple de la somme acquittée en 2011-2012 (81 millions d'euros).

A l'occasion des dix ans de l'arrivée de QSI à sa tête, le club de la capitale a confié au Centre de droit et d'économie du sport (CDES), basé à Limoges, la mission de quantifier son poids économique en France.

Selon l'étude, le PSG a généré plus de 182,2 millions d'euros d'impact en Île-de-France, via ses matches à domicile ou ses investissements (102,2 millions d'euros en dix ans dans les infrastructures), comme le futur centre d'entraînement de Poissy, dans les Yvelines.

Cela représente 2.150 emplois équivalents temps plein, qu'ils soient directs, indirects ou induits, issus d'un tissu de plus de 800 entreprises collaborant avec le club.

"En l'espace de dix ans, le PSG est devenu l'une des principales franchises de sport au monde et même la plus dynamique ces trois dernières années", s'est félicité le président du PSG Nasser Al-Khelaïfi, cité dans le communiqué du club.

Selon le cabinet Deloitte, le PSG a été le septième club de football à générer le plus de revenus dans le monde en 2019-2020 (540,6 millions d'euros).

Le club parisien a enregistré sur la saison écoulée un manque à gagner estimé à 100 millions d'euros en raison de la pandémie, qui l'a notamment contraint à jouer la quasi-intégralité de la saison sans public.




 

Vos commentaires