En ce moment
 

Un entraîneur danois menace d'arrêter le football si les critiques sont trop violentes

Cet entraîneur danois est clair: si les critiques sont trop virulentes, il arrêtera le football
 
 

L'entraîneur du club de football anglais de Brentford, Thomas Frank, a révélé qu'il n'aurait aucun regret à tourner le dos au management et à faire quelque chose de "plus important" si les critiques entourant son rôle devenaient trop nombreuses.

Les commentaires dénigrants subis par certains managers ont été soulignés cette semaine dans le sillage du départ de Steve Bruce de Newcastle. Frank n'a pas eu à subir de telles critiques au cours de ses trois années à la tête des Bees, qu'il a conduit en Premier League où ils ont connu un excellent début de saison.

Mais le populaire Danois, titulaire d'une licence en éducation physique, est convaincu que si cela devait changer, il pourrait facilement prendre du recul et même changer de métier. "C'est tellement facile de nos jours de critiquer le manager. En ces temps modernes, cela fait partie du travail que vous devez apparemment être critiqué si les choses ne vont pas comme vous le souhaitez", a déclaré Frank, dont l'équipe accueille Leicester dimanche. "C'est pourquoi, parfois, vous vous demandez si cela en vaut vraiment la peine. J'aime travailler avec les gens, j'aime travailler dans le football. J'ai eu le privilège dans ma carrière de travailler avec de bonnes personnes. Il y a des hauts et des bas. C'est un travail difficile. Alors peut-être que parfois je pense qu'il y a d'autres choses que vous devez aussi faire dans votre vie. Il s'agit d'être conscient de ce qui est le plus important dans la vie. Le football est important, il représente tant de choses pour tant de gens. Mais il y a tellement d'autres choses dans la vie qui sont bien plus importantes".

"C'est la même chose dans n'importe quelle profession. Si vous voulez créer quelque chose de spécial, vous devez y consacrer beaucoup d'heures. C'est cette partie, plus la pression, qui est sans égale par rapport à n'importe quelle autre profession dans la vie, ou dans le sport, je dirais. C'est à ce moment-là que vous commencez à vous demander s'il y a d'autres choses intéressantes dans la vie que vous voulez continuer à faire. "Il n'y a pas un seul être humain, ou un seul entraîneur, où la critique ne vous touche pas un peu.  Ensuite, c'est juste à quel point cela vous affecte. Je suis convaincu que j'ai les bonnes priorités en termes d'amis et de famille dans la vie. Et si je ne le fais pas, je ferai un travail encore plus important, celui d'enseignant ou de travail auprès des enfants. "C'est plus important que le travail que je fais maintenant. Je pense que je ferai autre chose, j'en suis convaincu."


 




 

Vos commentaires