En ce moment
 

Une fausse maladie pour sortir avec des filles: un ancien coéquipier balance une énorme anecdote sur Ronaldinho (vidéo)

Une fausse maladie pour sortir avec des filles: un ancien coéquipier balance une énorme anecdote sur Ronaldinho (vidéo)

Ronaldinho était un grand sorteur. Tout le monde le sait. Mais l'anecdote révélée par un de ses anciens coéquipiers au PSG démontre à quel point le Bréslien pouvait aller loin pour prendre du bon temps.

S'il a brillé sur les terrains du monde entier, Ronaldinho a aussi écrit sa légende dans les soirées. Le Brésilien était un immense sorteur, ce qui a parfois fait naître des tensions avec les membres du vestiaire, comme c'était le cas lors de son passage au PSG, entre 2001 et 2003.

Dans un documentaire diffusé sur RMC Sport, Paulo Cesar, ancien coéquipier de Ronaldinho au PSG, a illustré cette passion pour la fête. Une anecdote qui débute lors d'une mise en vert, à la veille d'un match disputé à l'extérieur. "J’ai une blessure au genou et le médecin me dit: ‘écoute, demain matin tu pars à Paris’", expliqué Paulo Cesar. "J’étais dans la même chambre que Ronnie et il m’a dit ‘demain, je pars avec toi’. Je lui dis ‘mais tu pars ou? Tu es malade? Il y a match demain. Et il me répond: ‘Non, non, non, je n’ai pas envie de jouer, je pars avec toi.’ Je lui dis: ‘Comment tu vas partir avec moi?’', et lui me répond 'T’inquiètes pas’”.

Pour obtenir l'autorisation de quitter le groupe, Ronaldinho a su faire preuve d'imagination. "On est en train de dormir, il met la clim à fond sur son visage. A 6 heures du matin, je me réveille parce que j’avais un train à 7 heures. Ronaldinho appelle le médecin dans la chambre et lui dit qu’il n’est pas bien. Le médecin lui donne un médicament et lui dit de rentrer directement à Paris. On a donc pris le train tous les deux et en arrivant à Paris, il y avait son chauffeur qui était là. Il y avait déjà des filles dans la voiture pour sortir avec lui. C’est ce qu’il s’est passé, c’était vraiment incroyable. Je lui ai dit: ‘écoute, t’es vraiment un malade’”.

Une imagination débordante pour s'offrir quelques heures de fun dans la capitale française. Pas certain que cela aurait plu à l'entraîneur de l'époque, qui n'avait pas hésité à recadrer son joueur lors de son court passage en France. On comprend mieux pourquoi ! 

Un tweet a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.

Vos commentaires