Zinédine Zidane avant la dernière semaine de Liga: "Ici, on ne fait aucun calcul"

Zinédine Zidane avant la dernière semaine de Liga:
©Belga
 

"Pas de stress" pour le Real Madrid, a assuré l'entraîneur français Zinédine Zidane en conférence de presse dimanche avant le match des Merengues, tout proches de glaner un 34e titre national contre Grenade lundi (20h00 GMT) pour la 36e journée de Liga.

"Il n'y a pas plus de stress que cela. Le stress, il est naturel, mais aussi obligatoire. Je ne pense pas qu'il y ait un stress particulier. C'est la dernière semaine, il nous reste trois matches à jouer et à finir, et toute notre énergie doit se tourner simplement vers le match" contre Grenade, a assuré le technicien français.

"Ici, on ne fait aucun calcul. On ne pense qu'à jouer les matches. On est tous concentrés uniquement sur le match de demain (lundi)", a répété "Zizou".

"ZZ" est également revenu sur l'excellent match du latéral français Ferland Mendy (25 ans), arrivé l'été dernier au Real pour six ans et 48 M EUR, samedi contre Alavés.

"Moi, il en me surprend pas. Son recrutement avait été effectué sur une demande de ma part, comme toujours en accord avec le club. Il est jeune, il a du talent, il a quelque chose et il est en train de le prouver", a souligné Zidane.

"En revanche, je le dis aujourd'hui, il faut arrêter de le comparer à Marcelo (son concurrent au poste de latéral gauche). Marcelo est Marcelo, et Mendy est Mendy. C'est un bon joueur, il a son avenir devant lui, il est dans un grand club et son club est fier de lui", a-t-il insisté.

Grenade le promu est devenu un candidat surprise aux places européennes. Il occupe actuellement la 9e place de la Liga, à trois points seulement de Getafe (6e).

Le Real Madrid (80 pts) compte provisoirement un petit point d'avance sur son poursuivant et ennemi juré, le FC Barcelone, vainqueur de Valladolid samedi (1-0).

Le Real doit glaner deux victoires lors de ses trois derniers matches de la Liga, qui se termine le 19 juillet, pour être sûr de déloger le Barça de son trône national.

 

Vos commentaires