Le sélectionneur des Red Flames veut profiter des stages pour créer une "winning culture"

Le sélectionneur des Red Flames veut profiter des stages pour créer une
 
 

(Belga) Les Red Flames, l'équipe nationale féminine de football, se sont retrouvées dimanche à Tubize pour leur premier stage de l'année. Le sélectionneur Ives Serneels a appelé 19 joueuses du noyau habituel et 11 'High Potentials', le groupe de talents (1996-2000) suivi depuis quelques années déjà par le staff. Serneels a tracé les objectifs pour cette nouvelle année: "j'ai déjà des athlètes, je veux voir désormais des athlètes du top. On doit créer une 'winning culture'", a-t-il confié.

Les Red Flames partiront lundi en stage hivernal à Pinatar, en Espagne. Deux rencontres sont programmées pour les Red Flames, contre l'Espagne jeudi (19h) et contre l'Irlande dimanche (15h), et deux pour les 'High Potentials', contre Albacete mercredi (19h) et contre les U23 de la Norvège samedi (15h). "En ce qui concerne les 'High Potentials', je veux voir l'ambition individuelle de chaque joueuse. Elles doivent montrer qu'elles veulent intégrer l'équipe A", a expliqué Serneels. "Pour l'équipe A, l'objectif cette année est de progresser dans le ranking (la Belgique a atteint la 21e place, son meilleur classement, ndlr). J'ai des athlètes, je veux voir désormais des athlètes du top. Je veux créer une 'winning culture' pour chaque individu. On doit la voir à chaque entraînement, à chaque match", détaille Serneels. "C'est un point très important. La prochaine étape sera plus difficile que ce que nous avons connu ces 5 ou 6 dernières années. Il y a quelques années, on se disait avant un match: 'on veut essayer de faire quelque chose'. Maintenant, nous devons tout faire pour gagner. Le but est d'être plus ambitieux. On en a déjà discuté lors du dernier stage. C'est facile à dire, mais il faut le constater sur le terrain." Les Red Flames disputeront la Cyprus Cup en février avant un stage aux Etats-Unis, en avril, où elles affronteront les championnes du monde dans un amical de prestige. Une preuve du crédit qu'on accorde désormais à l'équipe belge. "Les Etats-Unis ne t'invitent pas s'ils ne te prennent pas au sérieux. Ici aussi, on avait réglé le match amical contre l'Irlande dès novembre. Quand il a su que nous serons en Espagne, le coach espagnol a demandé à nous affronter", se réjouit Serneels. Pour le sélectionneur, tout ceci constitue une préparation idéale en vue des qualifications à l'Euro 2021, organisé en Angleterre, qui débuteront en août. "Je ne pense pas encore aux qualifications, il reste beaucoup de travail au cours des cinq prochains mois. Je veux voir avec quel groupe commencer ces qualifications", précise Serneels. (Belga)




 

Vos commentaires