En ce moment
 

C1: en Transdniestrie séparatiste, un Sheriff fait la loi

 
 

La maison mère du club de foot du Sheriff Tiraspol - qui se mesure mardi au Real Madrid en Ligue des champions - est un nébuleux conglomérat, retranché dans une enclave séparatiste prorusse, la Transdniestrie.

Cette bande de terre a fait sécession de la Moldavie lors d'une courte guerre après la chute de l'URSS en 1991. Elle est maintenue à flot par 1.500 soldats russes et de gracieuses livraisons de gaz, Moscou tenant à avoir une tête de pont en Europe orientale, face aux élargissements successifs de l'UE et de l'Otan.

Cette république autoproclamée s'est dotée également d'attributs étatiques: une monnaie, une police. Et elle cultive une certaine nostalgie soviétique, avec son drapeau frappé du marteau et de la faucille ou ses statues de Lénine à Tiraspol, la capitale.

Mais de facto, aux commandes du territoire se trouve Sheriff, un groupe tentaculaire dont le logo, une étoile à cinq branches de sheriffs américains, s'affiche partout.

Fondé par un ancien flic, Victor Gushan, il contrôle tout: énergie, alcool, acier, supermarchés, stations services et bien sûr le club de foot qui a fait ses débuts ce mois-ci en Ligue des champions, battant le Shakhtar Donetsk avant d'affronter mardi le Real Madrid.

"Victor Gushan est la personne qui a le plus d'influence ici, dans le monde politique et économique", relève Anatoli Diroun, directeur de l'Ecole d'études politiques de Tiraspol, soulignant que le groupe Sheriff sponsorise et contrôle le parti au pouvoir, Renouveau.

M. Gushan, qui n'a pas souhaité être interviewé par l'AFP, a fondé son entreprise en 1993 avec un autre ex-policier, Ilia Kazmaly, profitant des privatisations de la période de capitalisme sauvage qui a déferlé sur l'ex-URSS durant les années 1990.

L'entreprise rafle nombre d'entreprises, se souvient Valeri Litskaï, un conseiller du président transdniestre d'alors et ex-ministre des Affaires étrangères.

- Les allées des cimetières -

"Sheriff a gagné", dit-il, "il proposait les meilleurs prix et garantissait" que les usines tourneraient.

Mais M. Litskaï reconnaît que le groupe a eu des méthodes brutales, un passé "pas joli, joli".

"Il y a eu un combat très dur", se souvient-il, "dans nos cimetières, les allées sont pleines de bandits".

L'ex-ministre des Affaires étrangères reconnaît volontiers que les autorités n'ont pas cherché "à savoir qui tuait qui". "C'est pas très joli à dire, mais c'est la réalité".

Aujourd'hui, personne ne vient troubler la domination de Sheriff. Selon le média d'investigation RISE Moldova, le groupe encaisse un tiers du budget du territoire.

Ses compagnies exportent à travers l'Europe des produits textiles ou sidérurgiques, ainsi que du caviar jusqu'aux Etats-Unis et au Japon.

Le président de la république autoproclamée n'a pas de mots assez laudateurs pour Sheriff, qui a financé sa campagne électorale.

"Ils créent des emplois, ils investissent", dit à l'AFP Vadim Krasnosselski, le président actuel de Transdniestrie, dont la campagne électorale a été financée par Sheriff, "ce sont des partenaires fiables et de confiance".

- Exode -

Mais les statistiques disponibles renvoient une autre image. La région a vu sa population divisée par deux en trente ans, passant à 250.000 habitants.

En cause, un exode de la population active et de la jeunesse du fait de revenus trop faibles, 200 à 300 dollars (170 à 260 euros) par mois en moyenne, soit moins qu'en Moldavie, qui est pourtant le pays le plus pauvre d'Europe.

Andreï, 17 ans, croisé dans les rues de la ville de Bender, dit qu'il fera comme ses aînés et partira soit en Russie, soit à Chisinau, la capitale moldave.

"Je ne vois rien se développer en Trasndniestrie", assène-t-il.

Selon Andreï Mospanov, du centre d'analyse ISPIRR à Tiraspol, la jeunesse ne se tourne plus seulement vers le protecteur russe, mais aussi vers l'Ouest: "Il y a une diversification des choix".

La nouvelle présidente moldave, la proeuropéenne Maïa Sandu, veut que son pays rejoigne l'Union européenne, appelant au retrait russe de Transdniestrie.

Mais pour les vieux de la vieille génération, comme l'ancien ministre Litskaï, rien ne changera. "La Russie nous donne gratuitement du gaz et des soldats, et en échange elle a sa zone d'influence" en Europe, "nous sommes très contents du statu quo".


 




 

Vos commentaires