En ce moment
 

C1 féminine: Lyon bat le PSG mais rien n'est joué pour la finale

 
 

Lyon s'est imposé 3 à 2 aux dépens du Paris Saint-Germain en demi-finale aller de la Ligue des champions féminine, dimanche au Groupama stadium, au terme d'un match marqué par la faillite de la défense du PSG, mais rien n'est joué pour la qualification en finale.

Les Parisiennes doivent bien regretter d'avoir concédé trois buts tout à fait évitables mais peuvent aussi envisager de renverser la situation au retour, samedi prochain au Parc des Princes, en retrouvant une assise défensive plus sûre.

Le PSG n'avait plus perdu depuis sa déroute 6-1 en championnat à Décines-Charpieu contre l'OL le 14 novembre, en pleine affaire Kheira Hamraoui qui avait déstabilisé, alors, le club parisien.

La milieu de terrain, encore impliquée dans un incident à l'entraînement samedi avec Sandy Baltimore, n'était d'ailleurs pas convoquée pour affronter Lyon.

Et on ne peut pas affirmer que ce nouvel épisode a été à l'origine des problèmes défensifs du PSG et de sa gardienne, Barbora Votikova.

Après une performance catastrophique, la Tchèque a quand même sauvé son équipe en toute fin de match en repoussant une reprise d'Ada Hegerberg au bout du temps additionnel (90+5).

Marie-Antoinette Katoto avait ouvert la marque d'entrée pour Paris en trouvant l'ouverture malgré un angle réduit, mais très mal fermé, par Christiane Endler après un ballon perdu par Kadeisha Buchanan devant Sandy Baltimore et Däbritz (6).

L'OL a égalisé assez vite sur un penalty transformé par Wendie Renard, sifflé pour une faute de Votikova sur Melvine Malard dont elle venait de mal repousser, dans l'axe, une reprise sur un centre de la droite de Delphine Cascarino (22).

Après un dégagement raté, Votikova n'était pas, non plus, décisive devant l'Américaine Catarina Macario servie par Ada Hegerberg (33) qui aurait pu ajouter, peu après, de la tête, un troisième but juste avant la mi-temps en profitant d'une nouvelle hésitation, sur un corner, de la gardienne du PSG (45+2).

Une mésentente entre cette dernière et la défenseure Paulina Dudek a permis à Macario, à l'origine de l'action, de porter le score à 3-1 en début de seconde période (50).

- Un penalty qui change tout -

L'Olympique lyonnais, leader du championnat de France avec cinq points d'avance sur le PSG (2e) à trois journées de la fin, a ainsi pleinement profité des approximations de la défense parisienne.

Mais Paris Saint-Germain a réussi à réduire l'écart sur un penalty transformé par Dudek, accordé avec l'aide de la vidéo-assistance pour une faute de main de Melvine Malard sur un ballon repris par Katoto (3-2, 57).

Pour le reste, la rencontre a été assez animée avec des Lyonnaises toujours dans l'initiative et qui méritent leur victoire par rapport aux Parisiennes qui n'ont eu comme occasion que celle qui leur a permis d'ouvrir la marque.

Au final, Endler, la gardienne lyonnaise, qui n'a pas été décisive, elle non plus, sur l'ouverture du score, a encaissé deux buts sans avoir réalisé aucun arrêt dans le match mais ces deux buts laissent le PSG en vie avant le match retour.

Et il s'en est fallu de peu pour que Katoto n'égalise dans le temps additionnel, avec un tir passant juste au-dessus (90+4).


 

Vos commentaires