En ce moment
 

Cristiano Ronaldo inscrit un but d'une tête SURPUISSANTE contre l'Atlético Madrid (vidéo)

Après l'Ajax et Manchester United la semaine dernière, la Juventus a signé un nouvel exploit mardi en huitièmes de finale de la Ligue des champions de football. Elle a remonté un handicap de deux buts concédés à Madrid. Alors qu'elle n'avait pas remonté à cinq reprises un handicap de deux buts après le match aller en phase d'élimination directe, la formation italienne s'est qualifiée grâce à un triplé de Cristiano Ronaldo (3-0).

La Juventus était dans l'obligation de faire sauter le verrou de l'Atletico, qui possède la meilleure défense de la Liga espagnole avec 17 buts encaissés en 27 rencontres. Les Turinois ont eu le contrôle du ballon dès le début de rencontre. Sur un corner, Giorgio Chiellini a poussé le ballon au fond mais l'arbitre, qui a reçu la confirmation du VAR, a annulé le but pour une faute préalable de Cristiano Ronaldo sur le gardien Jan Oblak (4e). Grâce notamment au pressing parfait de Blaise Matuidi, la Juventus a continué de remporter ses duels et à multiplier les incursions. Sur un centre de Federico Bernardeschi, Ronaldo est arrivé lancé à toute vitesse et d'une tête imparable au-dessus de Juanfran a ouvert la marque (27e, 1-0). Alors qu'ils n'arrivaient pas à se créer la moindre occasion, les Colchoneros ont failli égaliser sur une tête d'Alvaro Morata parfaitement servi par Koke dans la surface (45e+2).

La Juventus a commencé la seconde période comme elle avait fini la première. Trouvé au point de penalty par Joao Cancelo, Ronaldo a repris le ballon de la tête. Alors que l'on pensait qu'Oblak l'avait repoussé, l'arbitre a validé le but grâce à la "goal line technology" (49e, 2-0). L'Atletico ne touchait quasiment plus le ballon et pour le punir, Massimo Allegri a étoffé son attaque avec Paulo Dybala (67e) et lui a redonné des forces vives avec Moise Kean (80e). Pour son premier ballon, le jeune avant s'est retrouvé face à face avec Oblak mais croisait trop son tir (82e). Les Colchoneros n'y étaient plus du tout et Ronaldo les a cassés en transformant un penalty pour un croque en jambes d'Angel Correa sur Bernardeschi (86e, 3-0).

Vos commentaires